single.php

Parlons Vrai chez Bourdin : "Le gaspillage alimentaire coûte 16 milliards d'euros par an !"

Karl Olive s’attaque aux enseignes qui gaspillent de la nourriture. Il était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 18 novembre dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

Gaspillage alimentaire
En France, 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont gaspillées. © AFP

Les députés Karl Olive (Renaissance) et Philippe Juvin (Les Républicains) déposent une proposition de loi transpartisane pour amplifier la lutte contre le gaspillage alimentaire. 

Parlons Vrai chez Bourdin : "Le gaspillage alimentaire coûte 16 milliards par an en France"

La loi Garot, votée en 2016, permet déjà de distribuer les invendus à des associations. Mais les deux parlementaires veulent accentuer les efforts contre le gaspillage alimentaire. Karl Olive a en effet déclaré dans le JDD : "Il faut pousser le curseur si l’on veut atteindre notre objectif : diminuer de moitié le gaspillage alimentaire d’ici à 2030". "La proposition de loi sera déposée dans la journée, avec un vaste appel à cosignature", confirme Karl Olive. Le député "ne doute pas qu'avec ce type de proposition transpartisane, nous ayons l'unanimité de nos collègues".

Quelle est l'ampleur du gaspillage alimentaire ? "Dans le monde, 1 personne sur 10 a du mal à se nourrir, rappelle Karl Olive. En France, le gaspillage alimentaire coûte 16 milliards par an ! C'est l'équivalent du filet énergétique gaz et électricité qui a été proposé. 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont gaspillées et plus de 150 euros par an par habitant sont gaspillés", ajoute le député.

"Entre 15.000 et 20.000 euros d'amende pour les contrevenants"

"La loi Garot est une très belle loi mais nous voulons aller plus loin, explique Karl Olive. Elle impose aux surfaces de 400 mètres carrés de pouvoir distribuer leurs invendus. Nous proposons d'abaisser cette surface à 200 mètres carrés, ce qui permettra de bénéficier de 5.000 points de vente potentiels alimentaires supplémentaires. L'objectif est de répondre à un double enjeu : d'abord venir en aide à celles et ceux qui ne peuvent pas se nourrir et lutter contre le gaspillage alimentaire". Y a-t-il encore beaucoup d'enseignes qui n'appliquent pas la loi ? "On est dans un contrat gagnant gagnant, les Français comme les directeurs de surfaces commerciales jouent le jeu".

"Mais la confiance n'exclut pas le contrôle ! Une minorité javellise parfois les produits invendus pour les rendre impropres à la consommation. Ce n'est pas entendable !, fustige le député. On va faire en sorte de pouvoir cadrer ces dispositions en permettant à la DGCCRF de contrôler et demander des bilans de ce qui a été fait tous les ans en terme de distribution". Concernant les sanctions, "on a poussé le curseur entre 15.000 et 20.000 euros d'amende pour les contrevenants, qui sont très minoritaires, insiste-t-il. Nous souhaitons aussi une prime pour les bons élèves. On est au début du processus, cette loi va cheminer pour dégager un large consensus".

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

 

L'info en continu
04H
03H
01H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/