single.php

"Parlons Vrai chez Bourdin" : il faut une "présomption de légitime défense pour les policiers"

Un refus d'obtempérer s'est terminé avec la mort de l'individu en fuite, tué par un tir de policier, à Nice mercredi 7 septembre 2022. Anthony Borré, Premier adjoint au Maire de Nice, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 8 septembre 2022 dans "Parlons Vrai chez Bourdin". 

Bourdin Ukraine
"Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

"Parlons Vrai chez Bourdin" : un nouveau refus d'obtempérer s'est terminé en drame, mercredi 7 septembre 2022 à Nice. Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice a répondu aux questions de Jean-Jacques Bourdin.

 

"Parlons Vrai chez Bourdin" : l’individu "mettait en danger un certain nombre d’automobilistes"

Un refus d’obtempérer s’est terminé en drame mercredi 7 septembre 2022. Le conducteur est décédé après qu’un policier a tiré, à la suite d’une course-poursuite particulièrement dangereuse, le passager a été interpellé. Anthony Borré, Premier adjoint au Maire de Nice, confirme que la voiture prise en chasse par les policiers était volée. De plus, le véhicule a fait demi-tour et a percuté les policiers. "À deux reprises, je vous le confirme", précise Anthony Borré.

Le Premier adjoint souligne qu’il faut aussi comprendre ce qu’il s’est passé "avant" le drame. "Les images de vidéoprotection de la ville, le démontrent et ont été mises à la disposition des enquêteurs." L’individu "mettait en danger un certain nombre d’automobilistes" sur la voie rapide Henry Matisse. Il roulait également "à vive allure" à une heure de grande fréquentation "dans une voie où il y a des riverains, des piétons, des enfants", souligne Anthony Borré. Et c’est là qu’il fait demi-tour "et percute à deux reprises" les véhicules des policiers. Néanmoins, "il appartiendra aux enquêteurs" de vérifier les conditions qui ont fait que le policier "a tiré".

 

"Nous sommes confrontés à un refus d’obtempérer toutes les vingt minutes"

Des vidéos prises par des témoins tournent sur Internet depuis l’événement. "J’appelle à la plus grande prudence", déclare Anthony Borré. "Les enquêtes ne se font pas sur snapchat." Le policier est, lui, "très choqué", souligne le Premier adjoint au Maire de Nice. "Il me paraît important de dire, dans ce contexte, que nous sommes confrontés à un refus d’obtempérer toutes les vingt minutes." Ainsi, "hier, à Nice, nous en avons eu trois", détaille Anthony Borré.

S’il estime que "c’est toujours triste d’avoir à déplorer la mort d’un individu", il juge "qu’une société dans laquelle on ne défend pas les policiers, c’est une société qui se meurt". Pire, selon lui, elle "confine à l’anarchie".

 

Il faut une "présomption de légitime défense pour les policiers et les gendarmes" en cas de refus d'obtempérer

"Un pays dans lequel on ne fait pas confiance aux forces de l’ordre est un pays qui peut tomber très vite dans l’anarchie", répète Anthony Borré. Il demande, dans le cadre des refus d’obtempérer, une "présomption de légitime défense pour les policiers et les gendarmes".

Toutefois, cela ne signifie pas qu’"il y a un permis de tuer pour les policiers". "Les policiers ne tuent pas de gaieté de coeur, ils tuent quand ils se sentent menacés", déclare le Premier adjoint au Maire de Nice. "Et je crois que c’est ce qu’il s’est passé hier à Nice."

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300.

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”

L'info en continu
16H
15H
14H
13H
12H
11H
10H
Revenir
au direct

À Suivre
/