Thomas Pesquet : tout ce qu’il faut savoir sur son retour sur Terre

Thomas Pesquet, dans l'espace depuis six mois, devrait amorcer son retour sur Terre ce soir, comment cela va-t-il se passer ?

Thomas Pesquet
L'astronaute français Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale, le 5 septembre 2021. (ESA/AFP/Archives)

Après un retour reporté, c'est bientôt l’heure d’amerrir pour Thomas Pesquet, avant de remettre les pieds sur Terre. Comment cela va-t-il se dérouler ?

Retour de Thomas Pesquet sur Terre : "Un vaisseau qui se déplace à 28.000 km/h"

Pourquoi le retour sur Terre de l’équipage de l’ISS, la Station Spatiale Internationale, a-t-il été décalé ? "En France ou en Europe, nous ne sommes pas maîtres de la situation. C’est une affaire américaine et Thomas Pesquet est passager de ce vol, de même que les astronautes qui sont avec lui", explique Sébastien Rouquette, responsable d’expérience pour la mission Alpha.

Quelles sont les conditions nécessaires pour un amerrissage sûr ? "Les conditions optimales sont un peu comme lorsque l’on est en avion. Il faut avoir suffisamment de visibilité, même si l’on peut avoir aujourd’hui, comme sur les avions, des approches automatiques, détaille cet ingénieur spatial au Centre national d'études spatiales (CNES). Il ne faut pas trop de vent pour éviter que le module sous parachute se déplace hors du périmètre défini pour l’amerrissage, et pas trop de houle non plus. Cela peut paraître surprenant, décrypte le responsable d’expérience pour la mission Alpha. Vous avez un vaisseau qui se déplace à 28.000 km/h, soumis aux contraintes de l’environnement spatial, qui va subir des contraintes thermiques extrêmement fortes durant le freinage. Son bouclier thermique va atteindre 1.600°C. Malgré cela, on est contraint d’avoir des conditions météo à peu près 'soft' pour un amerrissage le plus doux possible."

Retour de Thomas Pesquet sur Terre : "Six mois passés dans l’espace"

Comment cela va-t-il se dérouler ? "Lorsque le vaisseau va se détacher de la station, peut-être ce soir à 20 heures si la situation météo favorable est confirmée, le Dragon circulera encore à 28.000 km/h. Il va amorcer son freinage avec ses petits moteurs, ce qui va l’amener à son point de rentrée dans l’atmosphère. Là, le freinage va se faire de façon beaucoup plus violente. Dans la capsule, les astronautes vont subir 3G, jusqu’à atteindre une vingtaine de kilomètres d’altitude, où le premier parachute va s’ouvrir pour ralentir encore le vaisseau, avant l’ouverture des gros parachutes quand il finira sa descente. Là, sa vitesse sera de 5 mètres/seconde, c’est le standard."

L’équipage a-t-il vu son organisme fragilisé après plusieurs mois passés dans l’espace en apesanteur ? "Depuis l’origine des vols habités, on a eu tendance à considérer que les astronautes sont des surhommes, rappelle Sébastien Rouquette, responsable d’expérience pour la mission Alpha. Il faut vraiment désacraliser. Maintenant, on voit des touristes, des milliardaires s’envoler vers l’espace. Ce ne sont pas spécialement des gens ultra-sportifs. Là, la contrainte des six mois passés dans l’espace, c’est du muscle en moins, moins de résistance cardio-vasculaire. Revenir sur Terre dans cet état, c’est un peu compliqué. Psychologiquement, cela fait aussi plusieurs semaines que les équipes au sol et les familles travaillent au retour des astronautes."

Sébastien Rouquette, responsable d’expérience pour la mission Alpha, ingénieur spatial au Centre national d'études spatiales (CNES), était interviewé dans "Sud Radio vous explique" sur Sud Radio le 8 novembre. "Sud Radio vous explique" est diffusé tous les jours à 7h45 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Retrouvez l'émission Sud Radio vous explique tous les jours dans la matinale animée par Patrick Roger et Cécile de Ménibus

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !