Guerre en Ukraine : la gendarmerie identifie les victimes de Boutcha

La Gendarmerie Nationale apporte son expertise à l’Ukraine pour enquêter sur les massacres commis à Boutcha.

Ukraine
La Gendarmerie Nationale apporte son expertise à l’Ukraine pour enquêter sur le massacre de la ville de Boutcha. (c) AFP

Comment le détachement de la Gendarmerie Nationale qui s’est rendu sur place, en Ukraine, va-t-il procéder pour identifier les victimes des massacres de la ville de Boutcha ?

Massacres en Ukraine : "Pouvoir restituer les corps aux proches"

"Comme nous procédons d’habitude quand nous nous rendons sur des sites où un grand nombre de victimes sont présentes, explique le Général de division Patrick Touron, commandant du pôle judiciaire de la Gendarmerie Nationale (PJGN). Nous allons d'abord prendre contact avec les autorités judiciaires de manière à bien leur expliquer comment nous allons procéder. Ensuite, nous prenons ensuite contact avec les forces de sécurité qui travaillent habituellement sur le sujet, et avec les médecins. Ensuite, nous allons dérouler un processus d’identification, validé au niveau d’Interpol."

Comment déterminer cette identification ? Quel est l’objectif ? "L’objectif de l’identification est de pouvoir restituer les corps aux proches, rappelle le chargé de la supervision l'IRCGN et du SCRC, deux unités techniques et scientifiques de la Gendarmerie Nationale. Cela paraît toujours surprenant. Mais lorsqu’un corps reste un certain temps dehors, certaines modifications rendent son identification impossible. Cela suppose des méthodes d’analyse génétique, des empreintes digitales et un examen du corps."

Experts en identification de victimes de catastrophes

Là, il faudra donc être en contact avec les autorités locales, afin de rechercher les familles ? "Exactement, confirme le Général de division Patrick Touron. Traditionnellement, on les localise. Nous avons envoyé sur place un laboratoire analyse mobile. Nous confirmons l’analyse génétique de la victime, que l’on compare avec les proches pour la restitution de leurs corps."

Est-ce la première fois que la Gendarmerie Nationale intervient ainsi à l’étranger ? "Nous l’avons déjà fait, au Liban, au Mali, dans de nombreux pays. La Gendarmerie a vraiment une expertise de projection. Nous sommes des formateurs en matière d’identification de victimes de catastrophes. Nous diffusons nos techniques, nos savoirs, nous partageons nos expériences avec nos pairs."

 


Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !