G7 de Biarritz : Eñaut Aramendi dénonce "une réunion entre copains"

Alors que se prépare l’ouverture du sommet du G7 à Biarritz, Eñaut Aramendi, porte-parole de la plateforme G7 EZ!, dénonce "un État policier qui dégage tout le monde pour passer une semaine entre copains".

Le G7 de Biarritz s'ouvre le 24 août 2019.

Eñaut Aramendi a été l’invité de la matinale de Sud Radio le 19 août 2019 pour évoquer le "contre-G7" qu’il organise à Hendaye.

 

Pour Eñaut Aramendi, le G7 de Biarritz ne débouchera sur aucune solution

S’agissant de la raison qui les a poussés, lui et ses amis, à organiser ce "contre-G7", Eñaut Aramendi a déclaré : "clairement, il n’est pas possible de continuer avec un monde tel qu’il est aujourd’hui. En se réunissant entre grandes puissances à Biarritz, ils ne trouveront aucune solution, ils continueront à défendre leurs intérêts. Et pour nous, il n’est pas possible de continuer comme ça, ne serait-ce que pour la planète. Mais aussi parce que c’est injuste, antisocial, antidémocratique. Il est temps de trouver des alternatives à tout cela".

"On appelle la majorité des personnes à venir nous rejoindre. Tout le monde a une bonne raison de se mobiliser contre ce G7, que ce soit sur la question féministe, sur la question de la migration, la question environnementale… Le G7 à Hendaye est revendicatif, il est ouvert à l’ensemble de la population".

Eñaut Aramendi espère pouvoir "combattre toutes ces inégalités"

Organiser ce "contre-G7" n’a pas été une tâche facile. "Ce sont des mois et des mois de discussion entre les différents mouvements qui seront présents, c’est beaucoup de travail en interne. On a réussi à apprendre à se connaître, à travailler ensemble, à créer un programme qui permette de combattre toutes ces inégalités, ou en tout cas de débattre autour des alternatives que nous souhaitons créer", a expliqué Eñaut Aramendi.

Interrogé sur le fait que le G7 ait lieu au Pays basque, Eñaut Aramendi a répondu : "se réunir au Pays basque pour parler d’égalité, alors qu’ici on s’est battu pendant des décennies pour la justice et l’égalité, pour nous c’est incompréhensible".