Alexandre Mendel : "Je ne crois pas à un retour de Trump en 2024"

Donald Trump est de nouveau acquitté par le Sénat américain. Quel avenir pour l’ancien président des États-Unis ? Alexandre Mendel, journaliste et essayiste, auteur de "Chez Trump", aux éditions de l’Artilleur, était l’invité de Patrick Roger le 15 février dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

Donald Trump sort-il politiquement renforcé de son nouvel acquittement ? (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

"Trump était dans une position qu’il adore"

Pour la deuxième fois en un an, et malgré sa défaite, Donald Trump sort-il renforcé de ce second acquittement ? "Il n’en sort pas diminué, estime en tout cas Alexandre Mendel, journaliste et essayiste. Dans la filmographie américaine, ce que l’on retient, c’est la fin du film. Ce que l’on va retenir de ce procès, c’est son acquittement, malgré les vidéos diffusées par les démocrates. C’est vrai qu’il était dans une situation compliquée, mais il a été acquitté."

Pour l’auteur de Chez Trump, aux éditions de l’Artilleur, "Donald Trump était dans une position qu’il adore, celle de victime au début du procès. 'Je suis victime d’un complot ; les gens me détestent ; j’ai gagné l’élection', et il ressort en héros. Trump, sans même être apparu une seul fois à son procès, fait encore une fois du Donald Trump. 'Je suis victime des médias et de l’élite qui me détestent. Mais au final, le mouvement que j’incarne, les militants que je défends, s’en sortent'".

 

"Il va peser, faire le trouble-fête"

Peut-il susciter un engouement chez ses partisans ? "Ils défendent rigoureusement tout ce que fait Donald Trump. Je ne crois pas à un retour de Trump en 2024, il va peser sur les élections de midterms, où toute la Chambre des représentants est renouvelée et un tiers du Sénat. Il entretiendra probablement le suspense sur sa candidature, jusqu’au seuil des primaires républicaines. Il ira jusqu’à l’Iowa et n’ira pas jusqu’au bout."

"Il sait que sa base de fans ne suffit pas pour gagner une élection, estime Alexandre Mendel. C’est un repoussoir pour les électeurs modérés du Parti républicain et les électeurs indépendants qui ne lui pardonneront jamais ce qui s’est passé. Après, Biden sera peut être le meilleur allié de Trump. Ce n’est pas impossible, si Biden n’a pas un si bon bilan, qu’il revienne encore plus fort. C’est très difficile de se projeter. Ce qui est certain, c'est qu’il va peser, faire le trouble-fête et entretenir le suspense. Le Parti républicain s’appuiera sur ses thèmes, très porteurs, pas sur son attitude, pour battre la candidate du Parti démocrate en 2024, Kamala Harris."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !