Procès Lelandais : le verdict attendu ce vendredi

Alors que le verdict va tomber ce vendredi, quel bilan faut-il tirer des trois semaines de débat du procès de Nordahl Lelandais, assassin de la petite Maelys ?

Après trois semaines de débat, le verdict tombera le vendredi 18 février. Contre Nordahl Lelandais, la réclusion criminelle à perpétuité accompagnée d’une peine de sûreté de 22 ans a été requise.

Des questions restées sans réponse

La famille de la petite Maelys a-t-elle obtenu les réponses qu’elle souhaitait sur les circonstances de la mort de leur enfant ? "Non malheureusement, estime Aude Bariéty, journaliste au Figaro et auteure de l’ouvrage Nordahl Lelandais aux éditions du Rocher. À la fin de ce procès, c’est leur grand regret de ne pas avoir obtenu les réponses qu’ils cherchaient. Même l’avocat général, dans son réquisitoire, l’a dit : il reste beaucoup d’interrogations, beaucoup de mystères. On va se quitter sur ces questions sans réponses."

Nordahl Lelandais aura quand même en partie avoué ? "Oui, il y a eu des avancées, reconnaît Aude Bariéty. D’abord, il a reconnu avoir des attirances pédophiles. Vendredi, à la toute fin de son interrogatoire, après cinq heures de questions, il a fait des aveux. Il a reconnu être coupable de l’intégralité des faits qui lui étaient reprochés. Face à lui, on a vu une famille unie. Même si les parents se sont séparés car c’était trop dur pour leur couple. Ils portaient des cordons de couleur rouge pour signifier qu’ils ne voulaient pas s’exprimer devant la presse."

 

Nordahl Lelandais n’a pas avoué l’agression sexuelle

"Oui, Nordahl Lelandais a dit qu’il avait enlevé la petite fille et avait porté des coups sans l’intention de la tuer, résume l’auteure de l’ouvrage Nordahl Lelandais aux éditions du Rocher. Mais il n’a pas avoué l’agression sexuelle. C’est vraiment l’ultime réponse, ce sur quoi il n’a jamais varié. Il n’a jamais voulu reconnaître une optique sexuelle dans l’enlèvement de Maelys, ou d’être passé à l’acte."

Pour autant, a-t-il failli chanceler pendant le procès ? Nombreux sont ses proches et anciens amis à l’avoir adjuré d’avouer. "Il y a eu des moments d’émotion. Nordahl Lelandais est quelqu’un qui avait énormément d’amis avant cette affaire. Jusqu’au 14 février 2018, lorsque le corps de la petite Maelys a été retrouvé. Mais il n’a jamais craqué. Ce point de la sexualité est important, fondamental dans cette affaire. Pour l’avocat général, le mobile sexuel était évident dans l’enlèvement la petite fille."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"