"J'étais humilié" : une victime présumée d'un contrôle au faciès témoigne

De retour d’un voyage scolaire à Bruxelles, Mamadou et deux amis sont contrôlés à la descente du train par les policiers. Un contrôle jugé abusif par leur professeur qui a pris leur défense. Ils ont assigné l’État en justice pour contrôle au faciès.

Thumbnail

1er mars 2017, gare du Nord à Paris. Il est 19h50, Mamadou et ses camarades rentrent de voyage scolaire à Bruxelles.

"J’étais avec mon camarade Zakaria, on descend du train et on est interpellés par un policier qui m’écarte et me met sur le côté, en me disant que c’est un contrôle de police. En me tutoyant aussi", explique-t-il.

Mamadou, Ilias et Zakaria sont soumis à deux contrôles d’identité successifs : "Ils nous parlent, nous fouillent, me demandent mes pièces d’identité, d’où je viens. Et après, ils fouillent mes bagages. Ils sortaient mes effets personnels sans gêne… J’étais humilié."

Élise Bocherel, prof d’histoire-géo, assiste, impuissante, au contrôle : "Je leur dis que je suis sa professeur, ils me disent ‘Je m’en fiche, vous reculez, on fait notre travail madame’. Je leur réponds ‘Pourquoi vous contrôlez mes élèves ? Ils n’ont rien fait."

Soutenus par leur professeur, les trois élèves font appel à un avocat pour obtenir justice. Ils se sentent victimes d’un contrôle discriminatoire.

"Si ce n’est pas Mamadou, c’est Karim. Si ce n’est pas Karim, c’est Abdel ou Abdoullah", raconte Mamadou.

"Moi je ne connais pas le racisme, je suis blanche, je suis une femme, explique l'enseignante. Je me suis dit que je ne pouvais pas faire comme si de rien était."

Élise Bocherel et ses trois anciens élèves espèrent faire condamner l’État pour discrimination : "Je voulais voir leur regard, les voir fiers d’eux."

Une implication pour laquelle Mamadou est très reconnaissant : "Ce ne sont pas tous les professeurs qui vont faire ça. Sans elle, on n’aurait rien pu faire. Je ne la remercierai jamais assez."

La justice rendra sa décision le 17 décembre prochain.

Un reportage de Clément Bargain pour Sud Radio