Jean-François Forget revient sur la grève de la faim entamée par Redouane Faïd

Redouane Faïd entame une grève de la faim en prison
Jean-François Forget, secrétaire général de l’UFAP UNSA Justice, est interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans “L’invité de l’actu” sur Sud Radio, à 8h10. AFP

Jean-François Forget, secrétaire général de l’UFAP UNSA Justice, était “L’invité de l’actu” dans la matinale de Sud Radio du 9 octobre 2018 animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur la grève de la faim entamée par Redouane Faïd incarcéré après trois mois de cavale. 

Redouane Faïd entame une grève de la faim en prison

Jean-François Forget était « L'invité de l'actu » de Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur la grève de la faim entamée par Redouane Faïd dans sa prison de Vendin-le-Vieil (Pas de Calais), une des prisons les plus sécurisées de France. Après trois mois de cavale à la suite de son évasion le 1er juillet 2018, le braqueur multirécidiviste a été retrouvé et est incarcéré depuis quatre jours. Par cette grève de la faim, il conteste l'arrestation de sa logeuse et de membres de sa famille. Pour la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, "on marche sur la tête".

Pour Jean-François Forget "il ne faut pas se laisser leurrer. Aujourd'hui, il vit dans des conditions de détention humaines avec un niveau de sécurité qui répond à sa prise en charge. Il s'accable sur l'administration à propos de ses acolytes arrêtés, interpellés et incarcérés. Il a été en cavale, il faut qu'il assume tout ce qui va avec, et notamment le standard qui accompagne son niveau de dangerosité".

Le personnel pénitentiaire garde, il ne s'occupe pas de l'aspect médical

Si Redouane Faïd ne veut plus se nourrir, les gardiens peuvent-ils le faire contre son gré, par intraveineuse par exemple ? Jean-François Forget explique que le rôle du personnel pénitentiaire est de garder et d'assurer la sécurité des prisonniers, "pas le côté médical. Tous les jours, matin, midi et soir, il est suivi, on constate sa démarche. À partir de là, c'est un droit : comme tout citoyen, il peut faire une grève de la faim s'il en a envie”.

La grève de la faim est une situation qui arrive régulièrement dans le milieu carcéral et ce, pour diverses raisons. Celle de Redouane Faïd n'est pas un cas isolé. "Nous n'intervenons pas dans le champ médical et on notifie bien que ce n'est pas le personnel pénitentiaire qui refuse de lui apporter sa nourriture", termine Jean-François Forget au micro de Sud Radio.

Cliquez ici pour écouter ”L’invité de l’actu” avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez “L’invité de l’actu“ du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio