La marche contre l'antisémitisme ne fait pas l'unanimité

antisémitisme
Une marche contre l'antisémitisme est organisée à Paris le mardi 19 février 2019 au soir. AFP

Suite à la recrudescence d'agressions contre la communauté juive, quatorze partis politiques et de nombreuses associations antiracistes appellent les Français à se mobiliser en nombre, ce soir, pour la marche contre l'antisémitisme. Édouard Philippe et six ministres du gouvernement, dont Jean-Michel Blanquer et Benjamin Griveaux, feront partie du cortège. François Hollande devrait aussi être présent. Du côté du Rassemblement National, le parti organise son propre hommage aux victimes des actes antisémites. Le temps d’une soirée, les politiques de tous bords confondus et de nombreux citoyens défileront main dans la main. Clément Bargain de Sud Radio est allé à leur rencontre.

"J'ai un peu peur que l'histoire ne se répète"

Malgré les bruits de couloir, à l’Assemblée nationale, on joue la carte de l’Union sacrée. Pour Olivia Grégoire, porte-parole du groupe la République en Marche, "l'objectif est d'être extrêmement nombreux. La gauche et la droite dans leur ensemble n'ont pas sourcillé pour être là, j'espère que les gens du Rassemblement National qui souhaitent être là de façon honnête et sincère le soient, au même tire que ceux de LFI".

Du côté de la France Insoumise justement, les parlementaires participeront aux différentes mobilisations. Pour Éric Coquerel, député de Seine-St-Denis, "on n'a jamais eu l'habitude de tourner le dos et on a toujours été parmi les plus clairs et les plus nets sur la question de l'antisémitisme et du racisme".

À ce cortège politique se joindront des citoyens. Marc, 67 ans, très choqué par les actes antisémites de ces dernières semaines, ira manifester : "J'ai un peu peur que l'histoire ne se répète. C'est une communauté extrêmement précieuse pour la France, il faut essayer d'élever les gens !".

"Tous les partis politiques qui nous incitent à faire cette marche ont une lourde responsabilité dans ce qu'il se passe maintenant"

Mais cette marche initiée par les partis politiques ne fait pas l’unanimité. Geneviève et Michel n’y participeront pas : "Tous les partis politiques qui nous incitent à faire cette marche ont une lourde responsabilité dans ce qu'il se passe maintenant. Ils ont laissé monter l'intégrisme, toute cette haine, sans rien faire. Ils ont crié au loup mais ils ont laissé entrer les loups dans la bergerie !".

Emmanuel Macron, lui, ne se rendra pas à la manifestation. Mais le président devrait largement aborder le sujet demain, lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France. 

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio