Agressés, humiliés par certains élèves , les enseignants du lycée professionnel Gallieni à Toulouse ont décidé de cesser les cours ce jeudi.

Cet établissement d'un millier d'élèves, spécialisé dans les métiers de l'industrie, connait une situation très tendue depuis des mois. 200 élèves y sèment la terreur, souvent de petits caïds, au casier judiciaire déjà bien fourni. Agressions, verbales et physiques, injures, intimidations, c est le lot quotidien des 130 enseignants. 

Beaucoup craquent et, aujourd'hui, ils tirent la sonnette d'alarme.

Le lycée Gallieni à Toulouse est tout neuf, entièrement refait après l'explosion d'AZF. Mais depuis deux mois, la situation est explosive. 200 élèves, environ, sur un millier, font régner la terreur. Professeur de lettre et d'histoire : "Éviter les projectiles, de tourner le dos aux élèves. Au quotidien, ils marquent le terrain pour montrer que l'autorité, c'est eux, ce n'est pas vous."

Aux violences s'ajoutent des problèmes de mixité et de délinquance. Nicolas Tournier est professeur de génie mécanique : "La cafétéria était devenu une zone de non-droit où la laïcité, la mixité, n'avaient plus droit. C'était une reproduction des cages d'escalier des banlieues."

Les enseignants ne cachent pas qu'ils ont au quotidien des mineurs au casier judiciaire déjà chargé. Et ça, ils ne savent pas gérer, explique Didier Marmora, professeur de mathématiques depuis 20 ans au lycée Gallieni : "J'ai eu un élève l'année dernière qui a arrosé un copain avec un extincteur. Il a été exclu pendant trois jours, il est revenu, il a refait l'andouille et il a disparu. Il sse trouve qu'il était en prison. Et là, au mois de janvier, il revient au lycée, dans une autre section. Moi, les délinquants, je ne sais pas gérer."

Les enseignants de Gallieni réclament un plan Marshall pour rétablir l'ordre.

Un reportage de Christine Bouillot pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Vendredi 12 janvier 2018 à 14:56
Quand l'Etat courbe l'échine par peur, lâcheté, manque d'autorité, de fermer les yeux, de faire l'autruche, mélanger le tout par pas de vagues et ce depuis 1975 voilà le "beau" résultat. Le pire est devant nous.
béa2
- Lundi 15 janvier 2018 à 12:13
L’enseignement présente en effet de plus en plus des risques psychologiques qui sont fréquents et parfois sérieux pour les enseignants : Des plans de prévention doivent enfin être mis en place sérieusement pour anticiper ces risques professionnels des enseignants, notamment psychologiques : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=349
Guilhem
- Lundi 15 janvier 2018 à 20:05
République compatible EXIT.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio