Stéphane Schmitt : "Mai 2018 est le mois le plus foudroyé depuis 30 ans"

Stéphane Schmitt (Spécialiste de Météorage, centre européen de surveillance des orages, basé à Pau) était ce jeudi l'invité de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Ça n'aura échappé à personne, des orages parfois violents secouent actuellement le pays et près de la moitié des départements sont  toujours placés en vigilance orange par Météo France. 145 000 impacts de foudre ont ainsi été enregistrés en ce mois de mai, qui est d'ores et déjà le plus foudroyé depuis environ une trentaine d'années, comme nous l'a confirmé Stéphane Schmitt (Spécialiste de Météorage, centre européen de surveillance des orages, basé à Pau).

"L'air froid persiste en altitude et génère une instabilité"

Invité ce jeudi du Grand Matin Sud Radio, l'intéressé nous a ainsi détaillé l'ampleur du phénomène, qui va encore continuer, selon lui. "Je ne suis pas devin mais je pense que d'ici ce soir, on atteindra un nouveau record puisque le mois de mai est d'ores et déjà le mois le plus foudroyé depuis que les réseaux existent, a minima depuis 30 ans", a-t-il d'abord indiqué. "En termes de fréquence, ce n'est pas une activité si particulière puisqu'on a des années où on a vécu des foudroiements similaires. En 2012 par exemple, il n'y avait pas eu un jour au mois de mai qui n'avait pas été foudroyé", a-t-il toutefois nuancé. "Mais cette année, en plus de la fréquence, on a surtout des épisodes très denses avec une population d'impacts très importante. On va dépasser quasiment 2 millions de décharges consécutives en comptabilisant les décharges au sol mais également toute l'activité intra-nuageuse", a-t-il encore précisé.

Et l'intéressé de rappeler pourquoi de tels orages se forment. "C'est essentiellement lié à la superposition d'air chaud et la persistance d'un air froid sous nos latitudes. L'ensoleillement a favorisé le réchauffement des basses couches de l'atmosphère mais l'air froid persiste en altitude. Cela génère une instabilité", a-t-il ainsi expliqué.

>> Retrouvez l'intégralité du podcast de l'interview :