Au micro de Sud Radio, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel a réagi ce jeudi à l’agression pendant plusieurs semaines d’un jeune homme en situation de handicap par 13 hommes, placés en garde à vue cette semaine.

C’est un véritable calvaire qu’a vécu entre novembre et décembre dernier un jeune homme âgé d'une vingtaine d'années. Atteint d’une forme d’handicap mental, ce dernier aurait ainsi été séquestré chez lui en Seine-Maritime pendant plusieurs semaines par 13 hommes, dont certains mineurs, qui se relayaient à son domicile pour lui faire subir de multiples sévices. Alors que ses tortionnaires "lui ont uriné dessus, brûlé les membres avec une lame de couteau, l'ont privé de son lit ou encore enfermé nu dans le frigo" selon Paris-Normandie, la victime a finalement réussi à s’échapper et ses parents ont pu donner l’alerte, conduisant à l’interpellation des suspects.

"Vraiment scandaleux et extrêmement choquant"

Au micro de Sud Radio, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel a dénoncé ce jeudi "un acte de barbarie qu’il faut dénoncer haut et fort". "Ce jeune homme a subi des violences inimaginables pendant près d’un mois dans son appartement de la part de ses agresseurs, dont certains sont mineurs. C’est vraiment scandaleux et extrêmement choquant. La justice est en train de faire son travail d’enquête et d’interrogation des jeunes pour savoir qui est responsable, qui a été vraiment actif dans cette agression monstrueuse, et j’espère qu’elle sera à la hauteur. Il faut une tolérance zéro pour protéger ces personnes vulnérables qui sont des proies pour ces prédateurs", clame-t-elle.

Sophie Cluzel espère par ailleurs que la justice pourra retenir des circonstances aggravantes à l’heure de juger les présumés tortionnaires. "On a déjà vu des cas semblables. Se relayer pendant un mois auprès de ce jeune homme pour le torturer et y prendre du plaisir... Mais dans quelle société vit-on ? Il ne faut absolument pas tolérer ça ! Ce jeune homme est en situation de handicap mental et psychique, il est vulnérable et sa reconstruction sera difficile. C’est de la destruction d’être humain. (…) Il existe déjà des circonstances aggravantes pour l’agression de personnes vulnérables, il faut absolument s’en emparer pour avoir des peines exemplaires", assure-t-elle.

Propos recueillis par Félix Mathieu

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Vendredi 12 janvier 2018 à 15:02
Je me languis le résultat de cette condamnation à l'endroit de ces petits "sauvageons".
Je ne me fait aucune illusion, malgré les déclarations de madame Cluzel.
Séparation des pouvoirs obliges.
crouzet lliane
- Vendredi 12 janvier 2018 à 17:37
Et les voisins des autruches? !!!Autre
Article décoiffaspecifiantnt le proprio qui l a découvert?

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio