Les femmes de policiers se sont rassemblées mardi soir place du Trocadéro à Paris, deux jours après le lynchage de deux policiers à Champigny.

Soutenir les policiers passés à tabac et surtout dire stop aux violences contre les policiers et à la haine anti-flic. C'était l'objectif des femmes de policiers qui se sont réunies mardi soir place du Trocadéro à Paris, après le lynchage de deux policiers pendant la nuit de la Saint-Sylvestre à Champigny.

Depuis deux nuits, Lydie, femme de policier, a du mal à dormir. Les images de la vidéo tournent en boucle dans sa tête : "C’est horrible, ça prend les tripes. Ça ne peut pas continuer des actes comme ça, qui restent impunis. Ça recommence et ça recommence. Voir ça, c’est inhumain."

La vidéo a fait l'effet d'un électrochoc. Patricia était présente dans ce rassemblement. Si elle n'est pas policière, elle estime que s'en prendre aux forces de l'ordre, c'est s'en prendre à sa propre sécurité : "Qui va nous défendre si, eux, ils sont attaqués ? Une fois qu’il seront exterminés, qu’est-ce qu’il nous restera à faire ? Vivre sous la terreur ?"

Un peu à l'écart de la manifestation, un policier cagoulé confirme que la haine anti-flic progresse en France : "Même quand ça se passe bien on a de la haine. Même quand on fait un simple contrôle. Même si les gens ont fait une infraction, c'est de notre faute."

Jean, elle, est policière. Et elle veut que le gouvernement réagisse face à cette situation : "J'estime que quelqu'un qui veut tuer un flic mérite la prison. Ce n'est plus possible d'aller au tribunal, de recevoir une sucette et une petite tape sur la main et de se retrouver dehors 15 jours après. Il va falloir faire quelque chose."

Quelque chose de plus que la police de sécurité du quotidien, projet qui doit permettre de rapprocher les forces de l'ordre des habitants en créant des liens de proximité. Pour Perrine Sallé, porte-parole de l'association des femmes de forces de l'ordre en colère, la PSQ va empirer la situation : "Si vous allez mettre des policiers, dans certaines zones sensibles, en patrouilles pédestres, parce que vous avez décidé de créer une police de proximité, plus proche des citoyens, vous n'allez pas avoir un lynchage, vous allez avoir une destruction, un ciblage total des policiers pour les assassiner. C'est de l'assassinat. Quand vous vous mettez à 20 ou 30 personnes, sur une personne au sol, que vous filmez et que vous n'intervenez pas, c'est non seulement un délit mais une non-assistance à personne en danger. C'est, en plus, un encouragement, une incitation à la haine et à la violence. Elle est là la problématique."

Propos recueillis par Alfred Aurenche pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Benito FAUVEL
- Jeudi 4 janvier 2018 à 11:59
Bonjour,

C´est très important pour les journaux, les commentateurs, les experts médiatiques qu´ils utilisent des propos qui n´engagent pas une discussion qui ne va que dans un sens. Ré-utiliser ou inventer des nouvelles expressions- souvent hors de contexte- apportent plus de confusion que de clarté. Le lynchage est une histoire américaine, la Police française offre des valeurs plus nobles que cela. Laissons donc l´histoire amérindienne là où elle est. La France n´est pas une terre du far-west. On a pas des cows-boys au sein des forces de Police.

Cependant je suis d´accord avec quelques propos de cette femme. Je peux vous dire que les femmes seront au pouvoir en 2030- date qui correspond à une ère glacière ( info trouvée sur internet cette semaine, mais mes calculs sont justes ). Il est force de constater que la justice est fourvoyée. Certes, bon nombres de juges aiment la balance qui prône au dessus des tribunaux. Mais en majorité, la vie actuelle est de deux ordres : celui de la prostitution et celle de l´éscalvagisme. On est soit esclave, soit prostitué(e). On vend ses services, on vend sont corps, on marchande sa vie, on négocie, on parlemente, on laisse les plus forts nous enfoncer. On accepte, on ferme les yeux, on dit oui même quand on pense non. La justice, la vraie est au milieu. La balance pèse soit des prostitués, soit des esclaves. Alors que les deux catégories sont fausses. On ne doit pas accepter de se prostituer, on ne doit pas être esclave.

La faute de Marianne, est celle d´avoir accepter que des cultures étrangères pèsent dans la balance, juste pour le profit du gain. Car ce qui est le cancer du monde, c'est bien le profit sous forme de paye. Le salaire, le cachet, la prime, l´augmentation, le budget supplémentaire, la taxe. Tout ce petit monde fiscal n´est pas français. Certes on a des présidents, rois, qui ne voient que leurs propres miroirs. Une autre chose, l´égoisme tue et tuera la France. L´égoisme est la cause majeur de la mortalité en France, et dans bien d´autres mondes. C´est un peu le message de la terreur qui bat le pavé dans nos rues. La terreur est la conséquence du monde avare, du monde égoïste. La troisième maladie française, c'est bien l´imposition de limites, aux autres. Un autre aspect de l´égoisme, car les égoïstes ne s´imposent jamais rien. Donc, NON à la belle voisine turque au sein de l´Europe. Mais je dois avouer que le cas est particulier. La Turquie européenne est la partie visible de l´isberg. Mais quand on voit qu´Israel est dans les candidats de l´Eurovision, je comprend que la géographie n´est pas le point fort des gens.

Je suis pour la démocratie. Je suis pour l´humanisme. Je suis pour les droits des hommes et des femmes...et mon dieu des enfants. Je suis contre la guerre, les bombes, mais il faut cependant connaitre nos forces. Et pour connaitre ses forces, il faut s´entrainer. La guerre n´est pas un jeu sur internet, où l´on détruit pour gagner des points. La Police Nationale est une de ces forces. C´est dommage que les étrangers aux valeurs françaises attaquent nos valeurs car ils constatent que l´injustice est journalière. Oui, la Police représente l´ordre et la force, mais non, ce n´est pas la bonne cible. À la fin du service, la Police est un homme, une femme, un habitant du quartier, de la même ville. Le dialogue sera toujours une force supérieure à l´envie de détruire par manque de compétence. Ce qui manque au jeunes, c´est bien la compétence, et les connaissances. Le travail est important. Sans travail, même volontaire est une bonne chose pour la société.Et pour cela il faut de l´éducation. Les parents doivent soutenir leurs enfants. La racine du problème de mathématique est bien la recherche de soi. Que veux-tu ? quels sont tes rêves ? Et puis le respect des autres est important. Pas de solutions ? Que du brouillard ? change de vie. Déménage. Part, plus loin. Que manques-tu ? trouves ce qui te manques.Prendre de la hauteur, du recul est la clé pour être citoyen modèle. Reproduire ce que font les habitants du pays est aussi une des clés.

La France a trop de libertés. On relâche le criminel car la justice française a peur des conséquences. Le criminel est un enfant. Les enfants qui constatent qu´ils ont fait une bêtise, acceptent facilement la punition si on explique.Une Police trop violente, c'est comme un père ou une mère qui ne sait pas expliquer. On frappe car on ne sait pas expliquer, on a pas d´exemple. Alors on donne un exemple.La punition devient alors injuste. Car le fait de donner un exemple est une marque de faiblesse. Expliquer, soyez juste, dialoguez. Recommencer si nécessaire. Une punition bien expliquée, juste et le tout en dialoguant vaut plus qu´une centaine d´appréhension et de détentions. Je pense que l´on relâche trop trop tôt l´attention sur le crime, et que l´on enferme trop vite, trop souvent, trop longtemps. La prison n´est pas une salle d´attente. Les juges doivent se former pour apprendre à expliquer, être juste et surtout à dialoguer, sans menaces, sans crier. Prendre le temps de résoudre un problème, y mettre tous les moyens. Avec cette méthode de travail, la Police retrouvera sa place dans la société.
Mastic
- Vendredi 7 septembre 2018 à 02:19
Tous à mettre Dans le même panier
mesrine
- Vendredi 12 octobre 2018 à 03:15
un flic tu le sent la tu le but , est puis sa pute avec.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio