Hérault : l'incendie de Saint-Pons-de-Mauchiens a été "fixé"

Hérault : l'incendie de Saint-Pons-de-Mauchiens a été "fixé"
Un bombardier d'eau larguant du produit ignifuge, près de Saint-Pons-de-Mauchiens (Hérault) © Capture d'écran Twitter

L'incendie qui s'est déclaré mercredi à Saint-Pons-de-Mauchiens (Hérault) a été "fixé" mais de forts vents sont attendus ce jeudi.

Alors que les flammes ont déjà ravagé 500 hectares de pinède et de garrigue depuis mercredi près de la commune de Saint-Pons-de-Mauchiens (Hérault), les pompiers sont parvenus à contenir sa progression la nuit dernière. Les soldats du feu restent toutefois prudents en raison des fortes rafales de vent attendues ce jeudi.

200 pompiers restent mobilisés sur place

Tôt dans la matinée, les pompiers ont ainsi fait le point sur la situation affirmant que "le feu (avait) été fixé" et que "sa progression" était désormais "stoppée". Les sapeurs-pompiers ont par ailleurs précisé que leurs hommes avaient "travaillé d'arrache-pied toute la nuit pour éviter les reprises et traiter les nombreux points chauds avant la levée du jour". 

À l'heure où nous écrivons ces quelques lignes, près de 200 pompiers sont toujours sur le pied de guerre sur place et une reconnaissance aérienne est en cours avec des interventions possibles d'avions bombardiers d'eau, afin de sécuriser les derniers foyers.

L'incendie, localisé à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Montpellier, s'était déclaré la veille en début d'après-midi avant de progresser rapidement dans un large secteur couvrant les communes de Saint-Pons-de-Mauchiens, Villeveyrac, Montagnac et Saint Pargoire. La rapide propagation a très vite nécessité l'intervention d'environ 800 pompiers, épaulés notamment par 9 Canadairs et 2 trackers, ainsi que l'évacuation préventive de 400 personnes, dont des vacanciers établis au camping de Villeveyrac. Certains d'entre eux ont été hébergés provisoirement dans la salle des fêtes de la commune. La préfecture de l'Hérault a également indiqué qu'une habitation avait brûlé dans cette même ville.

 

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio