Gilets Jaunes : les commerçants des Champs-Élysées font le bilan des pertes

©BERTRAND GUAY - AFP
Les gilets jaunes font des records d'audience sur les chaînes et programmes d'information. ©BERTRAND GUAY - AFP

Les petits commerces situés à proximité des Champs-Élysées n'ont eu d'autres choix que de fermer samedi, au moment où la situation devenait très tendue entre les casseurs et les CRS. Avec un vrai manque à gagner au niveau de leur chiffre d'affaires.

Avec un bar situé légèrement en retrait des Champs-Élysées, ce gérant d’établissement était loin de se douter qu’il allait devoir fermer samedi.

"Je suis arrivé au boulot, je suis resté ouvert environ 15 minutes. Ça commençait à être chaud, donc j’ai appelé mon patron, qui m’a dit de fermer le bar. On avait pas mal de réservations et on a était obligé de les annuler."

200 personnes étaient attendues, un DJ était programmé. Au final, pour le bar, le manque à gagner est de plusieurs milliers d’euros. "Samedi, en moyenne, on fait au minimum 6000 euros. Et s’il y a vraiment du monde, on peut arriver jusqu’à 10 000 euros."

Jusqu’à 10 000 euros de chiffre d'affaires en moins. Quelques mètres plus loin, un petit restaurant de quartier a perdu près de 1000 euros. Comme l’explique ce restaurateur, il n’y avait pas d’autre choix que de fermer : "On est restés ouverts jusqu’à 16h l’après-midi, puis on a été obligés de fermer parce que ça devenait trop chaud. On a eu les bombes lacrymo au pied de la porte du restaurant. Ça faisait un peu guerre civile."

À ses côtés, sa jeune collègue, Laetitia s’inquiète de se retrouver avec quelques euros de moins à la fin du mois sur sa fiche de paye. "On n’a encore jamais vu ça, mais je ne pense pas qu’on va être payé, parce qu’on a dû fermer… On verra."

Et tous pointent déjà une clientèle en baisse, des touristes moins nombreux. Et, en toile de fond, l’inquiétude, déjà, de devoir fermer à nouveau samedi prochain.

Un reportage de Benjamin Glaise pour Sud Radio

Les rubriques Sudradio