Attentats de Paris : la troublante conversation entre Abaaoud et Brahim Abdeslam

Attentats de Paris, 13 novembre 2015 (©Kenzo Tribouillard)
Attentats de Paris, 13 novembre 2015 (©Kenzo Tribouillard)

Un an et demi après les attentats de Paris et Saint-Denis, les enquêteurs belges ont mis la main sur une conversation datée de juillet 2014 entre Abdelhamid Abaaoud et Brahim Abdeslam.

Nouvel élément dans l’enquête sur les attentats de Paris (13 novembre 2015) et de Bruxelles (22 mars 2016). Près d’un an et demi après les faits, les enquêteurs ont récemment mis la main sur une conversation entre le chef présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, et l’un des kamikazes parisiens, Brahim Abdeslam (frère de Salah Abdeslam, seul membre du commando du 13 novembre encore en vie).

Un téléphone saisi pour une enquête pour trafic de drogue

À en croire les informations de la RTBF, le téléphone de Brahim Abdeslam, mort en déclenchant son gilet explosif au Comptoir Voltaire, avait été saisi en février 2015 par la police bruxelloise dans le cadre d'une enquête pour trafic de drogue. Lorsqu'en novembre 2015, après les attaques de Paris, le nom des deux frères Abdeslam est apparu, les enquêteurs ont voulu réexaminer le téléphone de Brahim, mais il avait disparu. Celui-ci n'a été retrouvé qu'en novembre 2016 dans le commissariat bruxellois où Brahim avait été entendu. Une nouvelle analyse a ainsi permis de révéler en février dernier une conversation éclairante sur Facebook entre les deux hommes, datée du 1er juillet... 2014. À l’époque, Abdelhamid Abaaoud est déjà recherché par les autorités mais Brahim Abdeslam n'est encore connu qu’un "simple" délinquant. Selon la RTBF, la conversation dure 12 minutes et 7 7 messages sont échangés.

"Déchire ces kuffars et prends-leur un maximum de porcs"

- Brahim Abdeslam : "Salam frère. Mabroek Ramadan."

- Abdelhamid Abaaoud : "On a déclaré le khalifat. Allah Akbar."

- Brahim Abdeslam : "Allah Akbar. J’arrive, incha Allah. A bientôt mon frère."

- Abdelhamid Abaaoud : "Inshallah."

- Brahim Abdeslam : "Je t’aime mon frère et qu’Allah soit avec toi. Amin."

- Abdelhamid Abaaoud : "Je t’aime fi lah. Qu’Allah te guide dans la voie du djihad et t’accorde le martyr. Déchire ces kuffars et prends-leur un maximum de porcs et viens rejoindre l’armée d’Allah."

- Brahim Abdeslam : "Ok mon frère. Incha Allah. Je te contacte bientôt. Allah y hafdek (Dieu te garde). Salam al’ikoum."

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio