L’abolition, annoncée samedi, de la police des mœurs en Iran a été tout d’abord perçue comme un geste positif du régime. A l’analyser de plus près, elle constitue davantage une tactique de diversion, à quelques jours d’un appel à la grève générale

Avec Fariba Hachtroudi, journaliste et écrivaine iranienne.

Retrouvez Bercoff dans tous ses états avec André Bercoff du lundi au vendredi de 12h30 à 14h sur #SudRadio.