Yves de Kerdrel - Le mariage Fiat-PSA semble bien parti

Editorial économique

 

 

Quelques semaines après l’annonce du mariage Fiat-PSA- se tient aujourd’hui un conseil décisif de Peugeot ?

Oui vous vous souvenez que cette annonce de mariage avait fait l’objet d’un communiqué de Fiat et d’un autre de PSA. Tout le monde exprimait sa satisfaction. Mais sur les détails on ne savait pas grand-chose. Or l’enfer se cache souvent dans les détails. Donc au cours des dernières semaines les équipes des deux groupes ont travailler d’arrache-pied pour rédiger le contrat de mariage. C’est un document important que les banquiers appellent un Memory of Understanding et qui passe en revue tous les cas de figure possibles. D’après nos informations les deux groupes ont travaillé dessus encore tout ce week-end et jusqu’à hier soir. Car il doit être présenté ce soir au conseil de surveillance de PSA qui devra l’avaliser ou bien demander des précisions.

Mais a priori c’est un mariage qui semble bien parti ?

Tout comme l’était le mariage Renault-Nissan, jusqu’à ce qu’un grain de sable vienne fragiliser tout l’édifice. Ce soir les membres du conseil de surveillance vont surtout s’attacher à la gouvernance du futur groupe. On sait qu’il y aura dans le futur conseil 5 représentants de Fiat, 5 de PSA plus un poste pour Carlos Tavares le patron de PSA. La question est de savoir : que deviendra ce poste quand Carlos Tavares prendra sa retraite. On ne sera rassuré sur ce point que ce soir. Par ailleurs il semblerait que les chinois de Dong Feng qui détiennent 12,2 % de PSA ne seront plus présents dans le futur conseil. Ensuite il y a toujours des discussions pour savoir s’il s’agit vraiment d’une fusion entre égaux. Certains assurent que c’est Fiat qui fait la bonne affaire. D’ailleurs la famille Agnelli va toucher 1,5 milliard d’euros lors de la fusion D’autres pensent que c’est Peugeot. Car Carlo Tavares aura tous les pouvoirs pour mettre en œuvre la fusion. L’expérience montre qu’il n’y a jamais de fusions entre égaux. Mais il y a des fusions où les deux parties ont vraiment envie que cela fonctionne. Et face au défi de l’électrique, de la transformation des usines et de la mondialisation du secteur ce mariage est considéré par tous comme urgent.