Virginie Pradel : où va l'argent de nos impôts ?

Virginie Pradel, fiscaliste et présidente de l’Institut Vauban était l’invitée d’André Bercoff, vendredi 4 octobre sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états". Elle présente son livre « L’absurdité fiscale française », publié aux éditions de l’Observatoire.

Virginie Pradel invitée d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Que paie t-on ? À quoi correspond tous ces sigles ? Où va l'argent ? Tant de questions qui taraudent les Français au moment de payer ses impôts, mais aussi quelques fois des fiscalistes. Virginie Pradel, présidente de l'Institut Vauban (institut de réflexion sur les questions fiscales) tente de répondre à toutes ces questions et dénonce "l'absurdité fiscale française" dans son livre éponyme, publié aux éditions de l'Observatoire.

 

"Il y a une opacité effrayante"

"On est arrivé à une proportion de prélèvements obligatoires exorbitante", dénonce d'entrée de jeu Virginie Pradel, au micro d'André Bercoff. Elle s'appuie sur les chiffres d'Eurostat qui dévoilent que ces prélèvements obligatoires ont dépassé les 48% du PIB en France. Pour preuve, la journée de libération fiscale était fixée en 2019, le 19 juillet. "Cela veut dire que plus de la moitié de l'année, nous travaillons pour l'État et pour financer le service public", déplore-t-elle.

Un service public qui "laisse à désirer", malgré l'augmentation constante des prélèvements, note la fiscaliste. "Il y a une opacité effrayante", s'inquiète-t-elle. "Le système fiscal est complètement délirant, on vit dans l'obscurantisme fiscal". Une opacité qui n'aide pas les Français à réagir avec philosophie lorsque les taxes et les prélèvements se multiplient.

Le prélèvement à la source "anesthésie le contribuable"

Pour Virginie Pradel, "ce qui énerve plus que tout les Français", c'est le fait de "ne pas comprendre ce qu'ils payent, à quoi ça sert". Elle dénonce une "prolifération d'impôts qui porte des noms divers et variés, des taxes, des cotisations" et estime que "des centaines de milliards d'euros sont habilement dissimulés" par le fisc. "Personne ne sait à quoi ça sert". 

Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu ne devrait pas aider les Français à y voir plus clair. "Avant il y avait un acte citoyen, une prise de conscience de ce que cela représentait". Elle y voit "un éloignement et une anesthésie du contribuable" avec l'instauration de l'impôt à la source. Et à ceux qui prétendent qu'il s'agit d'une simplification, Virginie Pradel a de la répartie. "Ce qui est compliqué c'est de déclarer ses revenus, pas de les payer, c'est toujours compliqué mais on prélève davantage", déplore-t-elle.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

 

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !