Une carte de vœux très originale pour Emmanuel Macron

Nicolas Rubin, maire de Châtel (Haute-Savoie) et co-président de Savoie Mont-Blanc Tourisme, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 6 janvier. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le maire de Châtel, Nicolas Rubin, veut attirer l'attention sur la situation des stations de ski. (Photo Fabrice Coffrini/ AFP)

Emmanuel et Brigitte Macron vont recevoir une carte de vœux des plus originales : deux forfaits de ski. Une initiative pour alerter l’Elysée sur la situation difficile des stations de ski.

 

"Chez nos voisins suisses, ça marche"

"C’est un peu tôt pour avoir un retour ; nous l’avons envoyée lundi matin, explique Nicolas Rubin, maire de Châtel (Haute-Savoie). Sans trop dévoiler le contenu, parce que j’attends qu’ils la reçoivent, c’est un petit message à l’attention du Président, lui rappelant que les gens de la montagne sont en attente d’une décision du gouvernement pour l’ouverture. Il faut leur faire confiance et faire confiance aussi aux visiteurs de la montagne qui, pendant les vacances de Noël et de Nouvel An, se sont très bien comportés. Même si les remontées mécaniques n’étaient pas ouvertes, la montagne leur a quand même offert une multitude d’activités. Encore une fois, on parle de plein air et de grands espaces."

Bars et restaurants ne rouvriront pas le 20 janvier, les salles de spectacles de même. Faut-il encore croire à une réouverture en février pour les stations de ski ? "Nous sommes situés en haut de la vallée d’Abondance, le domaine skiable franco-suisse des Portes du soleil, précise le co-président de Savoie Mont-Blanc Tourisme. Chez nos voisins suisses, tous les établissements sont fermés, mais le domaine skiable continue de fonctionner avec des protocoles uniques que l’on avait proposé de mettre en place sur le domaine skiable, même si l’on passe de France en Suisse sans s’en rendre compte. On constate que cela marche."

 

"Pas un seul ministre n'est venu prendre le pouls de la situation"

N’y a-t-il pas trop de queue aux remontées mécaniques ? "Une organisation a été mise en place, qui veille au bon respect des règles de distance entre les gens, explique Nicolas Rubin. On se rend compte que cela fonctionne. Les domaines skiables sont restés ouverts sur ces sites et sur cette activité. C’est aussi bon à entendre." Il semble que les autorités aient peur des rassemblements après le ski, en station. "On peut garder les remontées ouvertes sans bars ni restaurants, juge le maire. Cela ne ressemblerait pas à une destination d’hiver normale, mais en station, à 20 h, il n’y a plus personne dans les rues et les villages. À domicile, c’est le cercle familial ou entre amis qui existe, comme ailleurs sur le territoire."

Pour le maire de Châtel , cet appel à rouvrir le domaine skiable est "aussi un appel au gouvernement pour redonner un peu de liberté aux Français. Il y a des gens qui ont besoin, envie de prendre l’air. On parle de santé, de sport, il faut donner la possibilité aux gens de découvrir cette activité qui reste aussi la colonne vertébrale de l’activité touristique en montagne. Pas un seul ministre n’est venu prendre le pouls de la situation. On aurait aimé un déplacement plutôt que de tout décider à Paris. On s’étonne de ne pas les voir sur le terrain. La clientèle étrangère sera bien moindre. Derrière tout cela, on s’attend à des conséquences presque insoutenables sur l’économie locale, après coup."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !