Stations de ski ouvertes, mais remontées mécaniques fermées : "On ne comprend pas très bien tout cela"

Michel Pradère, directeur de l’ESF (école du ski français) de Luchon-Superbagnères en Haute-Garonne, et moniteur, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 27 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le couperet présidentiel est tombé, pour la station de Luchon-Superbagnères comme pour les autres. (© AFP)

Les stations de ski seront ouvertes, mais les remontées mécaniques fermées... Les domaines skiables dénoncent une aberration, les maires réagissent aussi à cette mesure digne de ce que l’on surnomme désormais l’Absurdistan.

 

"Nous avions mis en place un protocole"

"On avait travaillé en amont avec les services du gouvernement à mettre en place des mesures permettant de faire venir notre clientèle et nos élèves en toute sécurité, explique Michel Pradère, directeur de l’ESF (école du ski français) de Luchon-Superbagnères, en Haute-Garonne, et moniteur de ski. On avait convenu d’une date, autour du 10 décembre, pour se donner plus de chances d’avoir une crise sanitaire en baisse, notamment dans les zones les plus touchées, Savoie et Haute-Savoie, Isère. Emmanuel Macron a tranché dans son allocution."

"Nous avions mis en place un protocole qui nous aurait permis d’accueillir tout le monde en toute sûreté à l’air pur, souligne-t-il. On ne comprend pas très bien tout cela." Les moniteurs ont souvent un autre travail l’été. Comment vont-ils faire face à cette fermeture ? Vont-ils bénéficier du chômage partiel ? "Ce sont des travailleurs indépendants, des professions libérales. Comme tous les libéraux, il y aura une aide comme celle mise en place lors du premier confinement, au mois de mars. Mais on ne sait pas trop comment la quantifier."

 

"Sauver ce qui peut encore l'être"

Cette non ouverture pour les fêtes de fin d’année représente-t-elle une grosse perte de chiffre d’affaires ? "Les quatre semaines de février représentent plus de 50% du chiffre d’affaires, précise le directeur de l’ESF de Luchon-Superbagnères. Les vacances de fin d’année et Noël, c’est en gros 20 à 25% de la saison. Il y avait déjà des réservations de cours pour les fêtes, et les hébergeurs avaient de très bons chiffres de réservation. On pouvait s’attendre à avoir du monde."

Que va-t-il se passer ? "Monsieur Castex nous dit que la station sera ouverte avec la remontée mécanique fermée… On pourra faire de la luge, du ski de randonnée, mais il n’y aura pas d’entretien des pistes, de services de sécurité, de moniteurs de ski autour. Cela peut poser des problèmes. Une station de ski, c’est un gros bateau. Nous sommes dans les starting-blocks, en attente d’une date précise pour sauver ce qui peut encore l’être."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !