Les publicités pour les voitures devront inciter à moins polluer

Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes, était interviewé dans "Sud Radio vous explique" sur Sud Radio le 30 décembre 2021. "Sud Radio vous explique" est diffusé tous les jours à 7h45.

Les publicités pour les voitures vont devoir changer à partir de mars 2022 afin d’inciter à moins polluer.

Publicités pour voitures : "On est vraiment dans le ridicule"

"On va appeler un chat un chat : c’est franchement de la poudre de perlimpinpin, estime Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes. Cela devient complètement ridicule. Quand un constructeur va vouloir vendre sa voiture, il va devoir dire 'pensez au co-voiturage' ou 'privilégiez la marche'. Ce n’est pas l’esprit de l’achat d’une voiture."

"On est vraiment dans le ridicule, souligne-t-il. Quand les Français achètent une voiture, ce n’est pas pour faire 200 mètres. C’est pour aller faire les courses, emmener les packs de lait pour les gamins. Donc, quand on entend ce genre de message, cela participe à ce monde particulièrement hygiéniste, notamment autour de la voiture. Pour les constructeurs, ce n’est pas la fin du monde. L’automobiliste est quelqu’un qui choisit une voiture en fonction de ses besoins et d’un budget donné."

"Comme d’habitude, on va viser les véhicules SUV"

Il est vrai que montrer la vitesse dans une publicité était déjà interdit en soi. "Je me rappelle d’une publicité pour la Peugeot 208 où une jeune femme montait sur une balance, se souvient Pierre Chasseray. Elle appuyait avec son pied en faisant vroum vroum et faisait en sorte que l’aiguille ne passe pas les 50 kilos. Je ne sais pas à qui s’adresse ce genre de publicités. Les Français ne sont pas des imbéciles qui sortent leurs voitures uniquement pour faire des tours de rocade de périphérique. Le meilleur message écologique, c’est 1,70 euros le litre…"

"Comme d’habitude, on va viser les véhicules SUV, quatre véhicules vendus sur dix étant des SUV. Les écologistes ne les aiment pas, mais c’est une forme, rien de plus que cela, rappelle le délégué général de 40 millions d’automobilistes. Ces véhicules sont aussi plus larges du fait de l’évolution des normes de sécurité, notamment à l’égard des enfants. Les parents ayant besoin d’espace pour trois sièges, les véhicules ont tendance à s’élargir. Personne n’est suffisamment idiot pour penser que la voiture va se substituer à tous les autres déplacements. Laissons les Français choisir leur véhicule par rapport à leur budget. Ce type de mesure camoufle d’autres mesures qui mettent à mal l’économie et l’emploi. Comme le malus au poids à partir du 1er janvier sur les véhicules reconditionnés et neufs, et le bonus malus encore plus strict à partir de 2022."

Retrouvez l'émission Sud Radio vous explique tous les jours dans la matinale animée par Philippe David et Marylin Héraud.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !