Ponts du mois de mai : les patrons font grise mine… sauf dans le tourisme

Les ponts du mois de mai, une aubaine pour le secteur du tourisme (©BORIS HORVAT - AFP)

Reportage Sud Radio. Alors que cette année, le hasard du calendrier a rendu les jours fériés du mois de mai particulièrement avantageux pour les travailleurs , la situation n’est pas toujours simple à gérer pour les entreprises.

"On a l’impression d’être quasiment dans un mois de vacances". Difficile de contredire cette semaine ce patron d’une société d’événementiel à Marseille. Avec les ponts du 1er mai, du 8 mai et de l’Ascension, le mois de mai comptera cette année de très nombreuses heures de travail non travaillées, pour le plus grand bonheur de certains employés. "C’est une excellente nouvelle, on a plein de projets pour cette petite semaine. Moi je vais en profiter pour faire des travaux chez moi, me promener et profiter du beau temps", confie l’une d’entre eux à Sud Radio. Un autre préfère, lui, pointer les adaptations que cette situation exceptionnelle exige. "Le fait de ne pas travailler crée des difficultés puisqu’il faut tout anticiper, tout faire à l’avance, préparer la reprise…", remarque-t-il.

C’est un fait : les nombreux ponts du mois de mai ne sont pas franchement une bonne nouvelle pour l’économie française en général, comme l’indique Alain Gargani, président de la CPME des Bouches-du-Rhône. Ce dernier plaide pour une réforme du système. "Dans la mondialisation, nous sommes en compétition avec des pays qui n’ont pas ces périodes de congés. Il est vrai que notre productivité est amoindrie du fait de ces périodes-là. Peut-être faut-il simplifier le système, ou l’étaler ! Pourquoi toujours au mois de mai ? Et je pense d’ailleurs que tout le monde serait content. À un moment donné, si on se repose tous les semaines trois ou quatre jours… Si on étalait ces jours dans l’année, ça serait plus bénéfique pour le repos de chaque collaborateur", propose-t-il.

En revanche, le secteur du tourisme se frotte les mains depuis quelques jours, bien conscients qu’un travailleur en congés est un client potentiel pour les professionnels du tourisme. Directeur général de l’Office de tourisme de Marseille, Maxime Tissot ne fait pas la fine bouche. "On est surtout sur une clientèle nationale et les ponts concernent principalement les Français, donc nous avons énormément de clientèle francilienne, lyonnaise, lilloise, etc. Ils essayent de venir deux ou trois jours par les transports publics. Si on fait un comparatif par rapport à l’année passée, dans les hôtels, je dirais que la semaine passée était entre «moyen +» et «bon». Cette semaine, ils affichent tous des taux d’occupation très importants, voire quasi-complets", affirme-t-il.

Un reportage de Lionel Maillet

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio