Les lubrifiants automobiles, un secteur qui n’a pas fini d’innover

Romain Bouteiller, directeur marketing de Motul
Romain Bouteiller, directeur marketing de Motul, interviewé par Cécile de Ménibus dans “Cinq questions pour tout savoir” sur Sud Radio, à 9h45.

Les produits pétroliers ne constituent plus des ingrédients indispensables pour les lubrifiants automobiles, ces derniers pouvant aujourd’hui être synthétiques et même à base de végétaux, a expliqué Romain Bouteiller, directeur marketing de Motul à Cécile de Ménibus dans l’émission "Cinq questions pour tout savoir", à retrouver du lundi au vendredi à 9h45.

Un lubrifiant automobile n'est pas forcément synonyme de pollution

"Comme le lubrifiant est un produit pétrolier, on est montré du doigt tous les jours", a confié Romain Bouteiller, directeur marketing de Motul à Cécile de Ménibus sur Sud Radio. Mais la réalité ne correspond pas exactement à l'idée que certains s'en font. "Dès les années 1960, Motul a conçu un lubrifiant 100% synthétique. Et un lubrifiant synthétique, c’est moins d’émissions polluantes et plus de durabilité", nous a expliqué Romain Bouteiller.

Selon Romain Bouteiller, malgré ce qu’on pourrait croire, les moteurs automobiles sont un secteur en perpétuelle évolution. "Motul a toujours eu la volonté d’exister en apportant des choses nouvelles pour la mobilité. Il faut se distinguer, il faut trouver des solutions qui correspondent à des usages", a-t-il martelé.

Un lubrifiant organique, c'est 18% d'émissions nocives en moins

L’essor de la voiture électrique en particulier est un sujet que Motul suit de près. Car les lubrifiants sont très différents selon le type de moteur : "Si les moteurs thermiques nécessitent 5 litres de lubrifiant, les moteurs électriques en nécessitent un seul litre. Mais la qualité du produit requis est bien sûr différente", a expliqué Romain Bouteiller à Cécile de Ménibus.

Et ce ne serait pas une exagération d’affirmer que Motul est en première ligne lorsqu’il s’agit de la transition vers les véhicules hybrides et électriques. La preuve : la société a récemment lancé un lubrifiant à base de matière végétale. Selon Romain Bouteiller, les lubrifiants organiques permettent de réduire de 18% l’empreinte carbone. "On est très proche de l’environnemental", rappelle-t-il.

Cliquez ici pour écouter le podcast de ”Cinq questions pour tout savoir” avec Cécile de Ménibus.

Retrouvez “Cinq questions pour tout savoir“ du lundi au vendredi à 9h45 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio