Fiche de paie simplifiée : "50 lignes, 2 pages... C’était illisible et incompréhensible"

DRH d’un grand groupe français et vice-président de l’Association nationale des DRH (ANDRH), Jean-Louis Vincent était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce lundi pour évoquer les nouveautés de la fiche de paie des salariés du secteur privé.

Thumbnail

C’est l’un des papiers attendus avec le plus d’impatience par de nombreux Français, mais aussi l’un des moins faciles à comprendre et déchiffrer ! Souvent moquée pour son illisibilité, la fiche de paie s’apprête à recevoir un sacré lifting pour cette année 2018, avec plusieurs changements entérinés depuis le début du mois. DRH d’un grand groupe français et vice-président de l'Association nationale des DRH (ANDRH), Jean-Louis Vincent était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce lundi pour en expliquer le principe.

"La fiche de paie va changer dans son contenant et dans son contenu. Jusqu’à maintenant on avait une feuille de paie assez complexe : 50 lignes, deux pages, c’était illisible et impossible à comprendre pour la plupart des salariés. Cette simplification se fait en plusieurs étapes. D’une part, les cotisations employeurs et salariés seront beaucoup plus lisibles, et d’autre part on verra au niveau de la protection sociale un regroupement des différents risques (maladie, retraite et chômage)", indique-t-il. "C'est déjà en place depuis le 1er janvier 2017 pour les entreprises de plus de 300 salariés. Une enquête remise à l’ancienne ministre du Travail faisait apparaître que 88% des salariés qui avaient cette nouvelle fiche de paye étaient très satisfaits. À partir du 1er janvier de cette année, c’est applicable à l’ensemble des salariés du secteur privé, soit près de 18 millions de salariés", précise-t-il.

"Si vous prenez un Smic, ça représente une augmentation de 148 euros"

Une simplification qui répond aux promesses du candidat Macron de baisser certains charges en contrepartie de la hausse de la CSG. "À partir du 1er janvier 2018, la CSG augmentera de 1,7 point pour l’ensemble des salariés. En revanche, la cotisation maladie va être supprimée et la cotisation chômage diminuera à partir du 1er octobre. Si vous prenez un Smic (qui a lui aussi augmenté de 1,24% au mois de janvier), ça représente une augmentation de 148 euros, et l’an prochain en année pleine de 264 euros. C’est un véritable pouvoir d’achat donné aux salariés à travers cette baisse des charges. Cette baisse de charges est compensée par la CSG. L’idée est de ne plus faire porter sur le travail les charges qui relèvent davantage de la responsabilité de l’État", assure-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Jean-Louis Vincent dans le Grand Matin Sud Radio