Dans le Bordelais, "le regard sur les Chinois n'a pas changé"

Bernard Farges, viticulteur et président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 1er juillet. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

La France et l’Europe rouvrent aujourd’hui leurs frontières à la Chine. Cette reprise des transactions va-t-elle changer quelque chose ?

 

Une centaine de propriétés rachetées par des Chinois

"Bien entendu, tout redémarrage est important pour nous. La chine est un gros importateur de vin, même si le chiffre était déjà en baisse avant le Covid, du fait de taux de taxe préférentiels pour le vins australiens", décrypte Bernard Farges, viticulteur et président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Il faut dire que les investisseurs chinois sont nombreux dans le vin français comme dans le Bordelais. "Depuis une douzaine d’années, plus de cent propriétés ont été achetées par des Chinois. Ils investissent chez nous et exportent au maximum vers la Chine."

N’y a-t-il pas un petit sentiment de défiance à leur égard désormais ? La Chine n’est pas forcément bienveillante dans ses relations commerciales… "Le regard n’a pas changé, estime Bernard Farges. Ce sont des sujets très politiques. Les entreprises, elles, font de l’économie. Les Chinois apportent du travail. Avec les entreprises de la viticulture et du négoce, nos relations sont bonnes. C’est important que la diplomatie économique marche à plein, qu’il y ait des signes importants de détente."

 

Les Américains vont manquer cet été

Comment traverse-t-on cette crise dans le vignoble bordelais ? "C’est un secteur de l’économie qui souffre. Des commerces se sont arrêtés totalement, avec 90% de baisse d’activité dès le 15 mars, en avril en en mai… Le redémarrage est très lent, très poussif, la restauration comme l’événementiel étant très touchés."

Quid des circuits cet été pour faire visiter les vignobles ? "Bien entendu, tout l’œnotourisme s’est fortement développé en France et à Bordeaux depuis dix à quinze ans. Certes, les Français seront très présents cet été, mais la clientèle étrangère est très importante, confirme le président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux. Les Américains vont nous manquer, bien sûr."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !