Christophe Crépin : "les policiers ne travailleront que sur appel"

Les policiers sont en grève contre le nouveau mode de calcul de leur retraite, envisagé dans le cadre de la réforme. Ils promettent néanmoins d'assurer un "service minimum".

Christophe Crépin, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Pour expliquer ce qui a provoqué leur mécontentement, ainsi que les modalités de cette grève, Christophe Crépin, porte-parole de France Police - Policiers en colère, était l'invité de Patrick Roger le 11 décembre 2019 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Il y a deux poids deux mesures"

"Nicolas Sarkozy, quand il était ministre de l’Intérieur, nous avait remis une couche : on a eu trois ans de plus pour le départ à la retraite. Or, il n'y aura pas d'équité si nous ne sommes pas alignés sur les gendarmes. Nous faisons exactement les mêmes missions, nous avons exactement les mêmes problèmes. Je ne vois pas pourquoi il y aurait deux poids deux mesures. On demande à conserver notre régime de retraite tel qu'il est.

On veut nous faire entendre auprès du gouvernement. Jusqu’ici, les manifestations n'ont servi à rien, on n'a pas été entendus", a déclaré Christophe Crépin.

 

"Les missions régaliennes seront assurées"

"Les missions régaliennes, comme l’interpellation d’auteurs de crimes et de délits ou l’encadrement de manifestations, seront effectuées. Et ce, avec le même professionnalisme. Pour le reste, on ne travaillera que sur appel", a expliqué Christophe Crépin.

"Nous ne sommes pas le bras armé du gouvernement. Nous sommes là pour représenter les citoyens et venir à leur secours quand ils en ont besoin. On est des policiers citoyens auprès de nos citoyens."

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !