Alain Griset - L'hôtellerie-restauration craint de manquer de personnel pour rouvrir

Alain Griset, ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 4 mai 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Alain Griset interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 4 mai 2021 à 7h40.

Alain Griset : "Tant qu'il y a des mesures sanitaires de restriction nous accompagnerons"

Lundi 3 mai 2021, le déconfinement est entré dans sa première phase, tandis qu’il faudra attendre le 19 mai 2021 pour la réouverture, partielle, des bars et restaurants, limitée aux terrasses. Certains professionnels s’inquiètent toutefois d’une activité trop restreinte et réfléchissent à rester fermés. "Il y aura un accompagnement", rappelle Alain Griset qui tient toutefois à préciser que "chacun doit reprendre l’activité". "Les restaurateurs nous ont beaucoup demandé de rouvrir, je ne vois pas pourquoi certains resteraient fermés."

Or, ces derniers jugent qu’il y a un risque qu’ils n’arrivent pas à rentabiliser leur réouverture, que ce soit mi-mai ou lors de la phase 3, début juin 2021. Alain Griset explique continuer "la concertation" avec les professionnels, notamment l’hôtellerie et la restauration. "On travaille avec eux sur les conditions de reprise." Le ministre délégué en charge des PME rappelle qu’Emmanuel Macron a dit que "tant qu’il y a des mesures sanitaires de restriction" les entreprises continueront d’être aidées. Les mesures d’aides vont toutefois se réduire au fil du temps, une question qui est encore "en discussion", souligne le ministre délégué. "Tout ça n’est pas figé." Les outils mobilisés "ont montré leur efficacité", explique-t-il, et sont adaptés "à mesure des situations".

La question du chômage partiel, notamment, est centrale, autant pour les salariés que pour les entreprises. "Pour l’instant c’est 84% pour les salariés et c’est 0 en reste à charge pour les employeurs à partir du moment où il y a une fermeture administrative", explique Alain Griset qui confirme qu’au mois de mai les règles ne changent pas. Les discussions sont toutefois en cours pour les mois de juin, juillet et août 2021.

 

"À Paris, il est probable qu'il y ait un manque de clients dans les hôtels pendant un certain temps"

La relance de l’économie ne sera toutefois pas identique partout car "il y a des secteurs dont on sait qu’il va y avoir un délai de latence", souligne le ministre délégué. Pour l’événementiel, par exemple, il estime qu’il "faudra entre trois et six mois pour organiser les salons, les congrès". Alain Griset se veut rassurant : "il est légitime que pendant cette période l’État accompagne ces entreprises". Le "principe", explique le ministre délégué, est "simple" : le gouvernement n’a pas mobilisé "pendant 14 mois" un accompagnement des entreprises "pour les lâcher comme ça, d’un seul coup".

Les touristes, absents en 2020 à cause de la pandémie, risquent d’être peu nombreux en 2021, ce qui inquiète le secteur de l’hôtellerie, notamment. "Je pense que là, il va y avoir deux cas notoirement différents : il va y avoir Paris, peut-être deux grandes villes, et puis le reste de la France." Dans la ville de Paris, où le tourisme est important, Alain Griset estime qu’il pourrait y avoir "une période" durant laquelle il y aurait "un manque de clients dans les hôtels" par rapport aux années précédant la crise sanitaire.

Stocks : "Les entreprises de moins de 50 salariés toucheront en mai 80% du fonds de solidarité reçu en novembre"

Les commerçants, de leur côté, s’inquiètent pour leurs stocks. Alain Griset rappelle qu’il a décidé que le gouvernement allait "payer, pour le mois de mai, de façon automatique, sans qu’il n’y ait de formalités à faire, 80% du fonds de solidarité touché au mois de novembre. Ceux qui ont touché 10.000 euros au mois de novembre pourront toucher automatiquement 8.000 euros au mois de mai prend-il comme exemple. Pour ceux qui ont des entreprises plus importantes, avec plusieurs magasins, les stocks rentreront dans le dispositif frais fixes".

 

L'hôtellerie-restauration inquiète "de ne pas retrouver suffisamment de personnes pour permettre une réouverture totale"

Alors que la France s’apprête à rouvrir, les entreprises déclarent avoir du mal à recruter, malgré un taux de chômage élevé dans le pays. "Je pense qu’on peut dire qu’il y a un peu une spécificité française", estime Alain Griset. "Avant même la crise sanitaire, je me souviens qu’en février 2020 les employeurs disaient déjà qu’il y avait une difficulté de recrutement."

Pour lui, "ce mal français" c’est le chômage "structurel" français qui empêche le pays de descendre sous la barre des 6% de chômeurs, et ce même en activité pleine. Un problème "qu’il faut absolument qu’on arrive à résoudre". Le problème est, pour Alain Griset, issu de deux facteurs : "une inadéquation entre l’offre et la demande" entre les profils sur le marché du travail et le besoin des entreprises, mais aussi du fait du "système protecteur" qui conduit certains chômeurs à préférer les aides au fait d’aller travailler. "C’est marginal, sûrement", juge le ministre délégué.

Les inquiétudes sont marquées dans le BTP, malgré l'activité forte du secteur, mais aussi dans l'hôtellerie-restauration inquiète "de ne pas retrouver suffisamment de personnes pour permettre une réouverture totale" le moment venu, souligne le ministre délégué aux PME.

Le secteur des discothèques se sent laissé pour compte dans la reprise. "Je vois les discothèques demain annonce Alain Griset, et je les vois très régulièrement. Au mois de juillet, on a mis en place des dispositifs d'accompagnement spécifiques. C'est un secteur fermé depuis 14 mois et sur lequel pour l'instant il n'y a pas de perspectives. On les a beaucoup accompagnées, on va continuer de le faire. On va regarder de quelle manière on peut travailler avec eux sur des protocoles, des processus. Je n'ai pour l'instant pas de date possible à leur donner, mais on ne va pas leur dire qu'il n'y aura jamais d'ouverture.

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !