Cinéma, tourisme: la peur du vide sur fond de coronavirus

Deux sorties de films reportées à cause du coronavirus: Miss et Rocks. La filiale française de Warner Bros a décidé de décaler la sortie du long-métrage de Ruben Alves, initialement prévue le 11 mars, au 23 septembre. Idem pour le film de Sarah Gavron, repoussée à juin. 64 cinémas sont fermés dans l’Oise et le Morbihan, foyers de l’épidémie. Au delà de ces départements, le coronavirus affole de nombreux cinéphiles qui désertent les salles obscures.

(Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

Reportage Sud Radio de Clément Bargain

 

A la caisse de ce cinéma, les clients se font rares, Léa n’a jamais vu ça:

 

"Une baisse conséquente. Personne mercredi, jour des sorties".

De plus en plus de personnes fuient ces espaces confinés par peur d’être contaminé par le coronavirus. Eric gère un cinéma de quartier. Il fait tout pour rassurer ses clients avec des affichages de prévention et des gels hydroalcooliques à disposition. Mais malgré toutes ces précautions, les salles sont quasi vides alors les distributeurs s’adaptent. Le film Miss de Ruben Alves devait sortir en salle la semaine prochaine, sortie reportée à septembre prochain en raison de l’épidémie. Eric s’attend à d’autres annulations.

"La semaine de sortie détermine la carrière d'un film, alors les distributeur jouent la carte de la précaution et décalent les sorties."

Face au nombre de cas qui augmente… Plusieurs gérants de cinéma craignent de devoir fermer leurs portes.

 

Le secteur du tourisme aussi

Les dirigeants de TPE, commerçants, et indépendants inquiets du coronavirus: les mesures prises par le gouvernement comme le confinement, la limitation des déplacements ou encore l’incitation au télétravail perturbent les commerçants et artisans de proximité. Dans les foyers de l’épidémie, les réservations dans les hôtels sont en forte baisse par exemple. Le syndicat des indépendants demande au gouvernement des mesures urgentes alors que le secteur est déjà très affaibli par le mouvement des gilets jaunes et les manifestations contre la réforme des retraites.

 

"Etaler les charges? Mais comment les payer sans chiffre d'affaire. Nous réclamons un fond d'indemnisation. A défaut, des structures fermeront leurs portes" - Jean-Guilhem Darré, secrétaire général du syndicat des indépendants