Dimitri Casali : "Napoléon III est responsable du décollage économique et industriel de la France"

L'historien Dimitri Casali était l'invité d’André Bercoff et Céline Alonzo le 11 janvier 2019 sur Sud Radio dans dans "Bercoff dans tous ses états".
L'historien Dimitri Casali était l'invité d’André Bercoff et Céline Alonzo, le 11 janvier 2019 sur Sud Radio dans dans "Bercoff dans tous ses états".

"Il suffit de s’intéresser à Napoléon pour se rendre compte de la médiocrité de nos hommes politiques d’aujourd’hui", a déclaré Dimitri Casali, historien et auteur de Paris Napoléon(s) : Guide du Paris des deux empereurs (éditions Télémaque). Dimitri Casali était l’invité d’André Bercoff et Céline Alonzo, le 11 janvier 2019 sur Sud Radio, dans l'édition culture de "Bercoff dans tous ses états", diffusée du lundi au vendredi de 12h à 13h.

Pour Dimitri Casali, Napoléon I et Napoléon III mériteraient d'être plus connus

"L’idée de ce guide m’est venue dans le métro parisien. J’ai remarqué qu’il y avait énormément de stations avec des noms napoléoniens : Pyramides, Duroc, Cambronne, Iéna, Sébastopol… Je pense énormément à Duroc et quand je pense que personne aujourd’hui ne connaît Michel Duroc, ça me rend malade", a confié Dimitri Casali.

"Un autre jour, j’étais place de la Concorde et je me suis dit : où que je regarde, je vois des monuments napoléoniens : l’Arc de Triomphe, l’Arc de Triomphe du Carrousel, l’église de la Madeleine et, de l’autre côté de la Seine, le Palais Bourbon. Et ça, les gens ne s’en rendent pas compte. C’est un peu la faute de la IIIe République qui a cherché à effacer tous les signes napoléoniens. Moi, je dis qu’il suffit de s’intéresser à Napoléon pour se rendre compte de la médiocrité de nos hommes politiques d’aujourd’hui", a poursuivi Dimitri Casali.

Napoléon III, un empereur socialiste

Pour Dimitri Casali, Napoléon III est responsable du décollage économique et industriel de la France. "Si la France est devenue une si grande puissance industrielle, c’est grâce à lui. Avec Napoléon III, l’industrie française est enfin devenue concurrentielle face à celle de l’Angleterre", a-t-il rappelé.

Mais Napoléon III nous a aussi donné de multiples acquis sociaux. "C’est en 1864, sous Napoléon III, qu’a été instauré le droit de grève. C’est aussi grâce à lui qu’ont été bâtis à Paris les premiers HLM, rue Rochechouart. C’est également à Napoléon III et non pas à Bismarck, qu’on doit l’invention de la protection sociale. On parle souvent de Napoléon III en tant qu’empereur socialiste. Il avait vraiment la volonté d’améliorer le sort des plus faibles", a poursuivi Dimitri Casali.

Les relations entre Napoléon III et les intellectuels n’étaient pas des plus faciles

"Victor Hugo était très proche de Napoléon III jusqu’en 1851, il se voyait même devenir son ministre. Et quand Napoléon III a fait son coup d’État et qu’il a refusé son poste de ministre à Victor Hugo, ce dernier a piqué une colère et l’a très mal vécu. C’est alors qu’il a commencé à parler de Napoléon III comme Napoléon le Petit", nous a raconté Dimitri Casali.

"D’autres éminents intellectuels, tels Émile Zola et Jules Ferry, étaient quant à eux des adversaires du bonapartisme et l’ont combattu toute leur vie. Mais dès la mort de Napoléon III en 1873, ils ont reconnu son talent et sa dimension d’homme d’État."

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio