single.php

Philippe Ponge : "Nous n’admettons pas un centre de migrants dans nos campagnes"

Par Jean Baptiste Giraud

Philippe Ponge, référent du collectif "Sauvons Beyssenac", était l'invité de "Bercoff dans tous ses états" le 24 février 2023 sur Sud Radio.

Philippe Ponge
Beyssenac compte 372 habitants.

Un nouveau Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile (CADA) va voir le jour dans le village de Beyssenac, en Corrèze. Les habitants essaient de s'y opposer.

 

Philippe Ponge : "On ne sait pas d’où viennent ces gens-là"

"Le parti Reconquête a été le premier à informer les habitants sur la création prochaine d’un CADA. Cela nous a incités à monter un collectif d’habitants. Beyssenac comporte 372 habitants, et nous n’admettons pas le projet de Macron de mettre un centre de migrants dans nos campagnes. On ne sait pas d’où viennent ces gens-là. Nos maisons sont entourées de pommiers, il n’y a absolument rien. On se demande ce que vont faire les gens là-bas. Le maire nous a dit qu’il n’était au courant de rien. Alors qu’en décembre 2022, le journal Le Montagne rapportait que le maire avait été mis au courant par le préfet. Il y a une opacité totale sur tout ceci.

 


La seule réponse qu’on a eue du préfet en janvier 2023 est que la Corrèze était en retard par rapport aux migrants, il fallait donc combler le retard. Tout comme les éoliennes : il nous a dit qu’on était en retard sur les éoliennes et qu’il fallait en placer 200 sur la Corrèze", a déclaré Philippe Ponge.

"Le maire de Beyssenac ne veut rien entendre"

"Les habitants de Beyssenac disent qu’il vaudrait mieux reprendre le restaurant, qui est fermé depuis un an et demi. Il n’y a rien autour, c’est le seul restaurant du coin. Le café le plus proche est à 6 km. On aurait préféré un projet qui serve avant tout aux Corréziens : un restaurant, un foyer rural… On a beaucoup de personnes en difficulté ici.

 


On a fait une pétition déjà. Après, on essaie de dialoguer avec le maire de Beyssenac, mais il ne veut rien entendre. La seule chose qu’on essaie de faire, c’est de proposer notre projet éventuellement. A priori la vente n’est pas définitive. On essaie de proposer autre chose. Cela va nous amener au grand remplacement. Cela fera 24% de population en plus, ce qui est énorme", a poursuivi Philippe Ponge.


À lire aussi :

Cliquez ici pour écouter l’invité d'André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h30 dans "Bercoff dans tous ses états" Sud Radio.

L'info en continu
03H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/