single.php

Afrique noire : les mémoires d’un officier traitant de la DGSE

L'Afrique noire vue par un espion. Pour en parler, Jean-Pierre Augé, ancien officier traitant de la DGSE, était l'invité d'André Bercoff mardi 16 avril, sur Sud Radio.

Jean-Pierre Augé, ancien officier traitant de la DGSE en Afrique, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
Jean-Pierre Augé, ancien officier traitant de la DGSE en Afrique, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

La Françafrique est morte depuis des décennies. Que reste-t-il aujourd’hui ? Dans son livre, Afrique Adieu. Mémoires d'un officier du secteur Afrique noire de la DGSE publié aux éditions Mareuil, Jean-Pierre Augé livre une vision réaliste et pragmatique du continent africain.

Officier traitant à la DGSE, un métier séduction

Ancien officier traitant de la DGSE pour le secteur Afrique noire, Jean-Pierre Augé ne peut évidemment pas tout dire. Mais ce qu’il raconte dans son dernier livre, Afrique Adieu. Mémoires d'un officier du secteur Afrique noire de la DGSE publié aux éditions Mareuil, est passionnant. "On ne peut pas parler d’une vocation. Chaque année, dans l’armée, nous avions un appel de la DGSE pour voir de quoi il s’agissait. J’arrivais au terme du commandement d’une unité élémentaire. Je me posais des questions sur l’avenir. Cette visite à la DGSE m’a beaucoup séduit" explique-t-il sur Sud Radio.

Jean-Pierre Augé intègre la DGSE en 1985. Il y restera jusqu’en 2005. "Officier traitant, c’est un métier. On l’apprend. Il y a des techniques. Le but d’un officier traitant, c’est de traiter. D’approcher quelqu’un qui semble en mesure de vous donner des renseignements secrets, ou de les approprier. Renseignements qui touchent à la sécurité des Français et aux intérêts de la France" ajoute-t-il, évoquant un métier séduction. 

Afrique, terrain de chasse d’un recruteur de la DGSE

Il rejoint l’Afrique noire et une ambassade en tant que "deuxième secrétaire". "Lorsqu’on arrive en poste, on prend en compte un certain nombre de sources recrutées par les prédécesseurs. C’est un fond de sauce qu’il convient de renouveler. Un bon officier traitant est un bon recruteur. C’est un talent en quelque sorte. On se base sur des techniques qu’il faut connaître. Il y a des erreurs à ne pas commettre : aller trop vite, ne pas savoir à qui on a affaire, apprendre à ses dépends, commettre des maladresses" lance-t-il.

"Le hasard peut vous faire rencontrer quelqu’un. Mais il ne faut pas trop compter sur le hasard. Il y a des techniques. Notamment de rencontres d’aspects fortuits" lance-t-il. Des rencontres qui parfois confinent à l’incident. "Pour ne pas frôler d’incidents, on peut rester dans son ambassade à écrire des rapports. Un bon recruteur doit prendre des initiatives. Toute initiative peut comporter des risques. Il faut savoir se replier en souplesse" conclut-il.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
21H
19H
18H
17H
16H
Revenir
au direct

À Suivre
/