Sondage : regain de popularité pour François Hollande

François Hollande
©Thomas SAMSON / AFP<
Dans la foulée de l'annonce de son renoncement pour l'élection présidentielle de 2017, François Hollande connaît une hausse de popularité de 13 points dans le dernier tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match. Manuel Valls stagne, avec deux tiers des Français qui jugent défavorablement son action à Matignon. Alors que l'opposition, incarnée par Les Républicains, gagne en crédibilité, suite à la primaire.
En annonçant qu'il ne se présenterait pas à l'élection présidentielle 2017, François Hollande s'est racheté une partie de sa popularité auprès des Français. S'il garde 70 % d'opinions négatives, le nombre de jugements favorables progresse de 13 points en un mois, à 29 %, d'après le tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Sud Radio et Paris Match.Hormis les sursauts enregistrés suite aux attentats de janvier et novembre 2015, le chef de l'Etat n'avait pas été si haut depuis octobre 2013. Tous les jugements quant à son action sont également en progression. 55 % des personnes interrogées estiment qu'il défend bien les intérêts de la France à l'étranger (+ 6 points), 30 % jugent qu'il est proche des préoccupations des Français et qu'il leur dit la vérité (+ 8 points). Enfin, un quart des sondés estiment qu'il a un bon bilan comme président de la République.

Deux tiers des Français désapprouvent l'action de Manuel Valls

De son côté, Manuel Valls ne surfe pas sur la même dynamique Alors qu'il se lance dans la course à la présidentielle via la primaire de la gauche, le Premier ministre devra défendre son bilan, pour le moment jugé négatif par deux tiers des Français.Avec seulement 33 % d'opinions positives, Manuel Valls pourra toutefois s'appuyer sur une plus large popularité dans son parti, avec 61 % de jugements favorables au Parti socialiste. Ce qui sera peut-être suffisant pour prétendre à la victoire lors de la primaire organisée par le PS, mais rendra le rassemblement de la gauche plus difficile. 74 % des sympathisants Front de gauche et Parti communiste, 75 % des sympathisants LO/NPA et 71 % des sympathisants EELV désapprouvent son bilan à la tête du Gouvernement.Seules 45 % des personnes interrogées estiment qu'il doit jouer un rôle important à l'avenir, 34 % qu'il est proche des préoccupations des Français, 35 % qu'il leur dit la vérité et 25 % qu'il est capable de sortir le pays de la crise.Même s'il quitte le Gouvernement pour se lancer pleinement dans la campagne, Manuel Valls va devoir convaincre de l'efficacité de son action pendant les deux ans et demi qu'il a passé à Matignon s'il veut prétendre à la victoire en 2017.

La crédibilité des Républicains en hausse

Après une primaire réussie sur le plan de la participation, François Fillon, candidat Les Républicains pour la présidentielle, a redoré la crédibilité de son parti à incarner une alternative au pouvoir socialiste. Il lui reste encore à convaincre une grande partie de la population, mais les sondés sont désormais 29 % à estimer que le parti LR ferait mieux que le Gouvernement actuel s'il accédait au pouvoir, contre 23 % le mois dernier.26 % des personnes interrogées estiment qu'ils feraient moins bien, mais surtout, 45 % pensent que Les Républicains ne feraient ni mieux, ni moins bien que la gauche au pouvoir.Le Front national, quant à lui, reste stable, apparaissant comme une alternative crédible pour 19 % de la population, quand 48 % estiment que le FN ferait moins bien que le Gouvernement actuel. En revanche, si l'on additionne les personnes qui pensent qu'il ferait mieux à celles qui pensent qu'il ne ferait ni mieux, ni moins bien, on atteint 52 %. Une manière de signifier que le Front national ne fait plus autant peur qu'avant pour une majorité de la population française.
Sondage réalisé par téléphone, les 2 et 3 décembre 2016, auprès d'un échantillon de 983 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio