Un arbitre de district étranglé puis mordu, ses collègues se mettent en grève

Dans l'Aveyron, un joueur de l'équipe senior de Foissac s'en est violemment pris à l'arbitre de la rencontre, lequel en prend pour dix jours d'ITT. Les arbitres du district aveyronnais ont décidé de ne pas officier ce week-end, provoquant compassion comme désaccords. Car certains prônent la dialogue plus que la grève.

Depuis cinq ans, les arbitres sont la cible d'un tiers des agressions et incivilités qui ont lieu sur le terrain.

Un reportage de Christine Bouillot pour Sud Radio

 

Le petit club de Foissac, 60 licenciés, n'avait pas pour habitude d'être sous le feu des projecteurs pour des questions de football. En l'occurrence, le village de 470 habitants se serait bien volontiers passé d'une telle publicité. Car après l'agression commise sur l'un de leurs collègues lors d’un match de district, les arbitres de l'Aveyron boycotteront les terrains ce week-end.

Les faits restent flous quant à l'élement déclencheur de l'incident mais une chose est sûre : un joueur de l'équipe senior de Foissac, visiblement mécontent d'une décision, a tenté d'étrangler l'homme en jaune avant de lui mordre l’oreille. Même Luis Suarez n'avait jamais osé s'attaquer à un arbitre. La victime a porté plainte, condamné à une ITT d'une semaine. Dans le département et surtout dans le petit club aveyronnais , c'est la stupeur. D'autant que les sanctions s’annoncent lourdes.

Trois minutes avant le coup de sifflet final, Foissac perd 4-0, personne n'a rien vu venir. Le président du club, Julien Saint-Affre, en a perdu le sommeil.  "C'était un match qui se passait très bien, puis tout a complètement explosé. Ça a été très rapide, le temps que les dirigeants et les joueurs des deux clubs viennent les séparer, notre joueur avait déjà relâché l'arbitre. C'est la première année que je suis président, on fait ça avec coeur et bénévolat, tout le monde est abasourdi."

 

La réaction des arbitres ne fait pas l'unanimité

Un acte isolé, certes, mais impossible de ne pas réagir. Les arbitres du département ont donc décidé de boycotter les matchs du week-end prochain pour marquer les esprits. Le président du district de l'Aveyron, Arnaud Delpal, aurit préféré une réaction plus positive et préventive autour de la violence dans les stades, en immersion dans les clubs.

Le président du dsitrict de l'Aveyron prône le dialogue. "Les rencontres auront lieu ce week-end, qu'il y ait un arbitre ou non. Pour ma part, je pense qu'il y a d'autres moyens de sensibiliser l'ensemble du public et des footballeurs aveyronnais. Les arbitres officiels doivent aller dans leurs clubs pour directement sensibiliser les pratiquants."

Le joueur mis en cause, déjà exclu de son club, passera cet après-midi en commission de discipline. Il encourt une exclusion à vie.