La pétanque veut sa part du gâteau des Jeux Olympiques

Illustration pétanque
Illustration pétanque

Reportage Sud Radio. Alors que le Comité International Olympique devrait entériner ce mercredi à Lima (Pérou) l’octroi de l’organisation des Jeux Olympiques 2024 à Paris, d’autres décisions sont elles aussi attendues, et notamment l’introduction au programme de nouvelles disciplines.

L’heure a enfin sonné pour le comité de candidature de Paris 2024. Ce mercredi 13 septembre, à Lima (Pérou), le Comité International Olympique devrait, sauf tremblement de terre, octroyer l’organisation des Jeux Olympiques 2024 à Paris, Los Angeles récupérant ceux de 2028. Mais le CIO devrait également voter d’autres décisions importantes, tel l’ajout de nouvelles disciplines au programme olympique. Le squash, la pétanque et le billard ont notamment postulé pour devenir sport olympique.

Du côté de la Maison de la pétanque de Toulouse, les amateurs de sports de boules croisent en tout cas les doigts. Il faut dire qu’avec près de 300 000 licenciés et plus de 5,5 millions de pratiquants, la pétanque reste très populaire en France. "La pétanque, ça peut être de la compétition sérieuse et appliquée. Je pense qu’on a tout à fait notre place au niveau des Jeux Olympiques", assure Marie-Madeleine Clamens, du comité de Haute-Garonne.

"Il faut une certaine condition physique"

Et contrairement aux idées reçues, la pratique du sport de boules est également exigeante sur le plan physique. "Même si le physique atypique des joueurs de pétanque n’est pas celui d’un sportif olympique, il faut quand même une certaine condition physique. C’est beaucoup de marche dans la durée, avec des compétitions qui démarrent aux alentours de 8h du matin pour finir vers 22h et recommencer le lendemain. Ça demande beaucoup de gestion pour l’organisme", explique Frédéric de Bézy (comité de Haute-Garonne).

Avec près de 200 millions de joueurs répartis dans 165 pays, la pétanque a certes des arguments à faire valoir. Mais la décision finale appartiendra aux membres du CIO.

Un reportage de Christine Bouillot

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio