single.php

Khalid Boutaïb : "On va tout faire pour accrocher un résultat"

Par Mathilde Régis

Hier, six clubs se sont qualifiés pour les huitièmes de finales de la Coupe de France. Parmi eux, le Gazélec d'Ajaccio. Face à Guingamp, le club se qualifie grâce à un triplet de l'attaquant Khalid Boutaïb. Il était l'invité de Romain Amalric sur Sud Radio Sports.

Thumbnail

C'est ton premier triplet dans le monde professionnel, c'est une belle soirée pour le Gazélec ?"La belle soirée, c'est la qualification. C'est le plus important. Après à titre personnel, le fait d'avoir marqué me donne confiance."Ancien attaquant de Luzenac, tu as signé au Gazélec lorsque le club accédait à la Ligue 2. Le fait de jouer en Ligue 1 cette année, c'est une fierté ?"On a toujours cru en moi. Mes coéquipiers essayent de me mettre dans les meilleures conditions. Je discute beaucoup avec les anciens comme Ducourtioux, Mangane, Bréchet... On essaye de gratter ce qu'il y a à gratter. On ne se prend pas la tête. Il faut bosser dans le même sens, c'est ça le plus important."Tu enchaînes bien en ce moment, tu avais déjà marqué en championnat le week-end dernier face à Reims. Et là trois buts en Coupe face à un club de Ligue 1, c'est la grande forme ?"Sur les trois derniers matchs, j'ai marqué aussi face à Monaco pour la première journée de reprise. En ce moment ça me réussit, il faut que j'en profite, il faut essayer de continuer sur cette lancée pour le prochain match de vendredi soir."En début de saison, peu d'observateurs donnaient du crédit au Gazélec pour se maintenir en Ligue 1. Aujourd'hui, le GFC n'est certes pas maintenu, mais il fait une très bonne saison et va prendre des points partout à l'extérieur. Quel est le secret de cette équipe ?"Déjà il y a les valeurs du club. Tout le monde tire dans le même sens, il n'y en a aucun qui triche. On est tous là les uns pour les autres. En début de saison, beaucoup de joueurs sont arrivés en fin de préparation, il fallait mettre les automatismes en place, bosser et bosser. Par bonheur, ça a commencé à marcher."Il y a une atmosphère particulière à ce club ? On dit que les stades corses sont parfois un peu plus chauds, est-ce que c'est vrai ?"Certains clubs ont la pression quand ils viennent, mais il n'y a rien de plus ou de moins que dans d'autres. Quand je vois des clubs Marseille ou Saint -Etienne, je trouve qu'il y a beaucoup plus de pression autour du stade."Quand on voit où vous en êtes aujourd'hui : une place en milieu de tableau de Ligue 1 et une qualification, si jamais il y avait un échec et une descente en fin de saison, ce serait vraiment une grosse déception..."Oui si on n'atteint pas notre objectif il y aura de la déception. Mais on va tout faire pour éviter cela et engranger le plus de points possible."Je rappelle qu'au Gazélec il n'y a pas que des joueurs qui arrivent de Ligue 2, il y a aussi David Ducourtioux, Jérémie Bréchet ou Grégory Pujol... Ces joueurs amènent beaucoup à l'équipe ?"Ils m'apportent beaucoup à moi en particulier. Ils donnent des conseils à longueur de journée. Ils sont là pour nous soutenir, nous calmer quand ça va mal ou nous faire redescendre quand on est un peu trop euphorique. Ils ont un état d'esprit impressionnant, ils sont simples. Je m'entends vraiment très bien avec eux."Le prochain match c’est vendredi soir à Rennes, une équipe qui vient de changer d'entraîneur. Ça change quelque chose pour vous que Roland Courbis prenne la relève ?"C'est leur problème à eux. Mais je pense qu'ils vont démarrer fort pour montrer à leur nouvel entraîneur qu'ils peuvent tous prétendre à une place de titulaire donc ça va être très compliqué. Nous allons nous préparer comme un autre match et tout faire pour accrocher un résultat."

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/