single.php

Athlétisme: Rentrée record pour Duplantis, déjà au sommet de son art

A trois mois des JO-2024, déjà à 6,24 m : dès sa première compétition estivale, le phénomène suédois du saut à la perche Mondo Duplantis a hissé son record du monde d'un centimètre lors du meeting d'ouverture de la Ligue de diamant à Xiamen (Chine) samedi.

Ben Stansall - AFP/Archives

A trois mois des JO-2024, déjà à 6,24 m : dès sa première compétition estivale, le phénomène suédois du saut à la perche Mondo Duplantis a hissé son record du monde d'un centimètre lors du meeting d'ouverture de la Ligue de diamant à Xiamen (Chine) samedi.

Il s'agit de la huitième fois que Duplantis (24 ans) fait progresser le record du monde de sa discipline depuis qu'il s'en est emparé aux dépens du Français Renaud Lavillenie il y a quatre ans, en février 2020. La plus récente ne remontait qu'à mi-septembre dernier en conclusion de son année 2023, à Eugene (Oregon), aux Etats-Unis, le pays où il est né.

La saison estivale s'éveille à peine, jamais la Ligue de diamant, le circuit de meetings le plus prestigieux de l'athlé mondial, ne s'est ouverte aussi tôt que ce 20 avril, "Mondo" fait à Xiamen sa première de l'été olympique, et le voilà déjà qui s'élève vers des sommets jusque-là inexplorés.

Dans l'humidité de Xiamen samedi soir, Duplantis a franchi la barre hissée à 6,24 m dès son premier essai, et avec une marge considérable de plusieurs centimètres.

- "Me prouver que je pouvais faire mieux" -

"J'ai senti que c'était à ma portée après mon saut à 6 m, raconte-t-il. Par rapport à mes attentes, ma saison en salle n'a pas été terrible, alors j'avais cette flamme en moi aujourd'hui. Je voulais vraiment me prouver que je pouvais faire mieux que ça."

"Mieux que ça", c'était un hiver au plus haut à 6,05 m en quatre concours - quand même synonyme d'or mondial en salle début mars à Glasgow.

Plus tôt dans le concours chinois, ni 5,62 m, ni 5,82 m, ni 6 m n'ont résisté non plus au champion olympique, double champion du monde et double champion d'Europe en titre. Son plus proche concurrent, l'Américain Sam Kendricks, a lui plafonné 42 centimètres (!) plus bas.

Cette performance de haut vol, qui plus est dès sa rentrée estivale, ne fait que renforcer le statut d'hyperfavori de Duplantis pour l'or olympique au Stade de France début août.

Il est désormais attendu dès samedi prochain à Suzhou, pour la seconde étape chinoise de la Ligue de diamant. Pour un nouveau coup d'éclat ?

L'autre performance du jour est venue de Gudaf Tsegay : multimédaillée internationale du 1.500 m au 10.000 m, l'Ethiopienne s'est "surprise" elle-même en signant le troisième meilleur chrono de l'histoire sur 1.500 m, en 3 min 50 sec 30. A un peu plus d'une seconde du record du monde de la Kényane Faith Kipyegon.

- Record de France pour Samba-Mayela -

Début de saison encourageant pour Cyréna Samba-Mayela (23 ans) côté français : moins de deux mois après l'argent mondial en salle du 60 m haies, elle s'est emparée du record de France du 100 m haies, en 12 sec 55, dans une course au plateau de gala.

Le Suédois Armand Duplantis lors des championnats du monde à Budapest en août 2023

Le Suédois Armand Duplantis lors des championnats du monde à Budapest en août 2023

Ben Stansall - AFP/Archives

Troisième d'une course remportée en 12 sec 45 (vent: -0,2 m/s) par la championne olympique en titre, la Portoricaine Jasmine Camacho-Quinn, devant la récente championne du monde en salle, la Bahaméenne Devynne Charlton (12.49), elle a fait mieux que les deux dernières championnes du monde de la spécialité (Williams et Amusan).

La hurdleuse française dépossède, pour un centième, Monique Ewanje-Epée et Cindy Billaud du record national qu'elles partageaient (12.56). La première l'avait établi en juin 1990, la seconde égalé en juillet 2014.

Au passage, Samba-Mayela améliore d'un dixième son record personnel, déjà fraîchement raboté de trois centièmes.

Nouvelle reine du sprint depuis son sacre mondial sur 100 m l'été dernier, l'Américaine Sha'Carri Richardson, coiffure afro préférée à ses perruques flamboyantes samedi, s'est laissée surprendre par la jeune Australienne Torrie Lewis sur le demi-tour de piste (22.99 contre 22.96, vent: -0,4 m/s).

"J'étais un peu nerveuse mais une fois sur la piste, je me suis sentie comme à la maison. Je trouve que c'est vraiment une bonne entrée en matière. Je sais sur quoi je dois travailler", a-t-elle estimé.

Fred Kerley, champion du monde du 100 m en 2022 mais qui n'a pas su confirmer en 2023, a lui été devancé sur la ligne droite par un autre Américain, Christian Coleman, vainqueur en 10 sec 13 (vent: -0,6 m/s), quatre centièmes plus rapide que lui (10.17).

Par Elodie SOINARD / Paris (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/