Yoann Huget : "Sans aventure humaine, il n’y a pas d’exploit sportif"

"Le Stade", un film sur les rugbymen du Stade Toulousain, sort aujourd’hui dans les salles. Retour sur une saison épique avec Yoann Huget.

Yoann Huget
Yoann Huget revient sur la dernière saison, sa blessure, et le film consacré au Stade Toulousain. (c) AFP

« Le Stade », un film sur les rugbymen du Stade Toulousain, sort aujourd’hui dans les salles. Yoann Huget, joueur emblématique des rouge et noir, et en retraite sportive depuis la saison dernière, revient sur cette saison hors du commun.

Yoann Huget : "Jouer dans des stades à moitié vides, c’est terrible"

Il a participé à cet exploit historique du Stade Toulousain, l’année dernière, vainqueur du championnat de France et de la coupe d’Europe. Comment l’équipe a-t-elle géré les tournages ? "Sincèrement, cela s’est fait au fur et à mesure des matches et de l’avancée de la saison. On remarquait plus quand il n’était pas là à filmer. Dès qu’il s’absentait deux ou trois matches, on le taquinait. Il s’est fondu dans le groupe, il faisait partie de l’équipe."

Que retenir de la dernière saison, au-delà de sa blessure ? L’exploit sportif ou l’aventure humaine de cette équipe ? "Les deux, estime Yoann Huget. Sans aventure humaine, il n’y a pas d’exploit sportif. Je me suis arrêté sur le bord de la route. Mais le groupe et la vie continuent. Il fallait aller chercher les deux titres, aussi pour ceux qui se sont arrêtés. C’est vraiment une aventure humaine qui est soulignée dans ce film. La dureté, la résilience par rapport à un groupe qui perd des hommes. Et surtout le contexte : on joue dans des stades à moitié vides, et cela c’est terrible."

 

Antoine Dupont, Romain Ntamack... : "Ils gardent leur lucidité"

Est-ce encore plus difficile de se motiver sans supporters ? "Tout devenait neutre, c’est cela le plus dur, constate le joueur du Stade Toulousain. Que l’on joue à la maison, à domicile ou en extérieur. Cela a aussi permis de faire des performances à l’extérieur, car il n’y avait pas le 16e homme. Cela a un peu nivelé les choses. Mais c’était dur de voir ces tribunes vides. On ne fait pas ce sport pour ça. Le public a une part importante." Yoann Huget aura vu éclore cette nouvelle génération talentueuse des Dupont et Ntamack. "Romain, son père m’a entrainé, on est du même coin de l’Ariège. Il est comme un petit frère. Antoine, je l’ai connu dès ses premiers sélections. Il faut savoir d’où l’on vient, garder les amis qu’on a toujours connus. Ces garçons vivent en marge des grandes villes, et gardent leur lucidité."

Le public va justement pouvoir découvrir les coulisses avec ce film. Dont sa blessure. Comment va Yoann Huget aujourd’hui ? "On se remet doucement. Je ne suis plus pressé par le temps pour revenir le plus vite possible. Dès qu’on est sportif, on essaie de battre tous les record de reprise, ce qui est une bêtise. Là, je prends mon temps, je profite de mes enfants. J’ai aussi repris l’école. La blessure arrive à un moment où l’on est sur le pic de forme, trois semaines avant la demi-finale de la coupe d’Europe. Toute la meilleure partie de la saison était foutue."

Retrouvez "Le coup de fil du Matin" chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”