single.php

Rugby : "La maire de Biarritz se prend pour une impératrice"

La mairie de Biarritz a décidé de ne plus assumer les charges d’électricité du stade, regrette le président du Biarritz Olympique.

Les changements administratifs se succèdent au BO.
Une facture d'électricité de 77.000 euros pour le Biarritz Olympique.

Le rugby et le sport sont à leur tour touchés par la hausse des tarifs de l’électricité. Le Biarritz Olympique n’aurait plus de quoi payer ses factures d’électricité pour son stade.

Une facture de 77.000 euros

Depuis juillet dernier, la mairie a décidé de ne plus assumer les charges d’électricité du stade. Bilan : une facture de 77.000 euros. Le prochain match contre Montauban, à 21 heures, pourrait ne pas se jouer. "Depuis 2002 et la signature d’un bail emphytéotique pour le stade Aguilera, la mairie fournissait les fluides (électricité, eau, gaz…) et entretenait la pelouse depuis vingt ans", explique Jean-Baptiste Aldigé, président du Biarritz Olympique.

"La maire de Biarritz a coupé tout cela l’été dernier. La mairie avait un contrat avec Enedis, qu’elle a arrêté. Depuis, Enedis nous a contactés il y a trois semaines en s’apercevant que nous n’avions pas de contrat avec eux. Ils ont continué à nous fournir l’électricité. Si on ne passe pas de contrat, Enedis sera dans l’obligation de nous couper le courant."

 

Biarritz Olympique : un stade non rénové

"Le courant ne sera pas coupé, on va signer un contrat et poursuivre la saison, estime Jean-Baptiste Aldigé. L'actionnaire va mettre au pot. En cinq mois, nous avons consommé pour 77.000 euros d’électricité. Ce n’est pas une facture impayée : nous n’avons jamais reçu de facture." La maire de Biarritz dit qu’elle ne peut accorder de subvention à une entreprise privée. "Cela va être dur pour le sport français en général. Aucune loi en France n’interdit de donner une subvention ou une aide à un club de sport, une association."

Pour autant, le loyer est quasi donné... "Madame le maire est nouvelle dans ses fonctions. En 2002, le loyer était de 3.000 euros pour des installations vétustes. Aujourd’hui, si elle avait rénové le stade, il aurait fallu passer par le cour des comptes pour fixer le nouveau montant du loyer. Le Biarritz Olympique n’est pas là pour faire de l’immobilier, mais pour faire du rugby"

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
04H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/