single.php

"Bernard Laporte doit arrêter de prendre le rugby français en otage"

L’avenir de Bernard Laporte, condamné pour corruption passive et trafic d’influences mais ayant fait appel, se joue en partie aujourd’hui.

Bernard Laporte
Bernard Laporte, président de la FFR, le 20 novembre 2022. (Clément Mahoudeau / AFP)

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, va recevoir le président de la Fédération Française de Rugby, Bernard Laporte. Le sujet : sa démission.

Bernard Laporte "en retrait"

Sans quitter ses fonctions à quelques mois de la Coupe du monde de rugby qui a lieu en France l’été prochain, il a annoncé sa "mise en retrait", sans pour autant démissionner. La ministre des Sports, elle, souhaite son départ. "Je crois que c’est ce qu’elle va demander, estime Philippe Spanghero, consultant rugby chez Sud Radio. Cela a été suivi par World Rugby, qui dirige la Coupe du monde, et la Ligue Nationale de Rugby. Je crois qu’aujourd’hui, la situation est trop complexe pour qu’elle puisse avoir une autre position."

"La ministre des Sports n’a pas le pouvoir juridique d’imposer cette démission, précise-t-il. Mais cela reste un ministère de tutelle. Elle a un pouvoir de pression très important, celui d’enlever la délégation de tutelle à la FFR. Mais cela reviendrait à mettre toute notre sport dans une situation catastrophique. C’est impensable à quelques mois d’une Coupe du monde."

 

 

"Tout le monde réclame sa démission"

"Elle a un levier simple, mais qui est un levier atomique, juge Philippe Spanghero, consultant rugby chez Sud Radio. Je pense que Bernard Laporte va entendre raison, et arrêter de prendre en otage le rugby français. C’est quand même un sport qu’il a aimé, pour lequel il a fait des choses bien. Aujourd’hui, sa posture met le rugby français en grande difficulté à la veille d’un événement majeur."

"Il est au pied du mur : tout le monde réclame sa démission. Autour de lui, des gens, son comité directeur, ont soutenu sa politique jusqu’au bout malgré la sanction juridique et pénale. Il y a une élection globale à effectuer en urgence pour retrouver de la sérénité dans une année cruciale. Le rugby compte environ 200.000 licenciés. Une coupe du monde, c’est 30% d’inscriptions en plus."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Benjamin Glaise.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

 

L'info en continu
19H
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/