Vols, cambriolages et dégradations à Marseille : la colère des habitants

Cédric Luciano, à l’origine de la création d’un groupe de citoyens « Touche Pas Ma Rue : Marseille 9e-10e », était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 19 janvier. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

A Marseille, les habitants s'organisent en ligne face à une délinquance croissante. (Nicolas Tucat - AFP)

Cédric Luciano est à l’origine de la création d’un groupe de citoyens "Touche Pas Ma Rue : Marseille 9e-10e". Pourquoi avoir lancé ce groupe ? Que vit-il au quotidien avec les autres habitants du quartier ?

 

"Une vague de casse impressionnante"

"Nous vivons des incivilités et de la casse perpétuelle, explique-t-il. Il y a eu énormément de vols de véhicules, de véhicules désossés, de gros cambriolages. Après le premier confinement, il y a eu une forte hausse de ces incivilités. Nous nous sommes dit que nous allions créer un groupe WhatsApp entre voisins. Au départ, cela a un peu marché. Nous étions une dizaine dessus, à nous échanger des informations."

Mais la situation a hélas empiré dans le quartier. "Une nuit, nous avons subi une vague de casse impressionnante, avec 35 voitures endommagées. Tout le monde s’est un peu réveillé, et l’on s’est dit " pourquoi ne pas faire quelque chose de plus conséquent et créer une page Facebook ?"

"Nous voulons des caméras de surveillance"

En a-t-il parlé aux policiers ou aux enquêteurs ? "Nous en avons parlé à nos élus de quartier, au maire de secteur. J’ai essayé de dire aux gens d’aller porter plainte pour faire remonter les statistiques et avoir plus de moyens, plus de policiers. Mais ce que l’on demande dans la rue, c’est d’avoir des caméras de surveillance. Il s’agit d’un quartier neuf, sorti du sol il y a deux ans et demi. Les caméras de surveillance permettent de suivre leur parcours. Les témoignages, montrent qu’ils sont passés chez nous, puis vont plus loin. Et en trois jours, il font tout un quartier."

Est-ce que ce sont des réseaux ou de la petite délinquance ? "Il y a les deux, estime Cédric Luciano. Des vols aléatoires, des jeunes qui vont trouver la porte de garage ouverte. Et il y a le gang organisé, qui vole la voiture malgré l’antivol sur le volant, désosse les voitures. Comme des professionnels, ils mettent 4 minutes pour.4 jantes avec des outils sans fil. Ils sont très bien équipés. Nous demandons à la mairie d’avoir un peu plus de sécurité dans notre quartier, qui est neuf."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !