Victoire de la ville de Laguiole pour protéger son nom de marque

Vincent Alazard, maire de Laguiole, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 1er avril animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur la victoire de la ville de Laguiole pour protéger son nom de marque.

Thumbnail

"Nous avons gagné sur la nullité des marques mais nous n'avons pas été reconnus sur la tromperie commerciale"

La ville de Laguiole a gagné la bataille judiciaire pour protéger son nom de marque, célèbre dans le monde entier. Pour Vincent Alazard, maire de Laguiole, "suite à une procédure judiciaire longue, la Cour de cassation, qui nous a permis d'avoir un renvoi d'appel, nous a donné raison de persévérer".

Il y a 25 ans, une entreprise parisienne avait déposé le nom Laguiole et la ville ne pouvait plus véritablement l'utiliser pour ses produits. "On était rentré dans le droit des marques. Le premier point de ce procès pour nous est enfin la reconnaissance de notre notoriété et l'importance du problème. Aujourd'hui, nous avons gagné sur la nullité des marques mais nous n'avons pas été reconnus sur la tromperie commerciale, sachant que le juge a bien indiqué qu'il y avait quand même bien fraude, donc préjudice important pour la commune, les habitants et les entreprises.

Par rapport à la tromperie commerciale, nos avocats ont estimé un montant autour de quatre ou cinq millions d'euros. Mais ce qui est le plus important aujourd'hui, même si nous n'avons pas eu gain de cause là-dessus, le juge a reconnu un préjudice moral, nous avons quand même eu 50.000 euros et le paiement des frais de procédure".

"Les produits chinois ou asiatiques continuent d'être sur le marché"

Il y a des difficultés concernant les couteaux Laguiole pour certains, les Chinois étant de plus en plus présents dans le monde entier, y compris dans le monde de la coutellerie. "Le couteau de Laguiole à Laguiole marche très bien ! Pour trouver un vrai Laguiole fabriqué à Laguiole, il faut venir dans l'Aveyron. Mais les produits chinois ou asiatiques continuent d'être sur le marché, c'est pour ça que nos couteliers se sont fédérés en syndicat pour mettre en place un sigle officiel de qualité".

Les 'Camembert de Normandie' risquent de perdre leur label : "il faut croire aux valeurs qu'on a dans nos territoires et c'est la force des territoires ruraux comme nous, où on a de vraies valeurs humaines mais aussi de produits. Ça sonne vrai quand on vient chez nous : l'accueil, la nature, les bons produits. Le rural est l'avenir !"

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.