Urgences : "La plupart du temps, l'agressivité arrive parce qu'il y a trop d'attente"

Une femme a menacé de se suicider avec une arme, le mercredi 22 mai 2019 aux urgences de l’hôpital Avicenne de Bobigny. Le Raid a dû intervenir. Carole Souley, déléguée Sud Santé APHP de cet hôpital, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 23 mai 2019 animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle raconte la scène.

Thumbnail

"La violence, c'est tous les jours, aux urgences"

Une femme qui menaçait de se suicider avec une arme, aux urgences de l’hôpital Avicenne de Bobigny, a été placée en garde à vue le mercredi 22 mai 2019, après son interpellation par le Raid. Carole Souley, déléguée Sud Santé APHP à l’hôpital Avicenne de Bobigny, réclame une sécurisation des locaux. "Il n'y a pas de contrôles quand on rentre aux urgences, c'est un service public. Tout malade peut venir et on ne contrôle ni les sacs, ni les voitures. 

Cette femme a brandi une arme contre elle-même et non contre le personnel qui a super bien réagi. Les autres patients et personnels ont été évacués dans d'autres services. Mais c'est presque un épiphénomène ; la violence, c'est tous les jours aux urgences. Que ce soient des crachats, des menaces de mort, des agressions physiques ou verbales."

"La plupart du temps, l'agressivité arrive parce qu'il y a trop d'attente aux urgences"

Le personnel soignant a-t-il la peur au ventre en venant travailler ? "Non, mais il sait qu'il y aura forcément de l'agression. C'est pour ça qu'il y a, en France, 50 services d'urgence en grève, certains depuis huit semaines, pour revendiquer des effectifs en nombre en fonction de l'activité et une prime de pénibilité spécifique aux urgences."

En termes de moyens, mettre en place des portiques est compliqué, il y a de la vidéo-surveillance mise en place par endroits. Que peut-on faire ? "Ça dépend pourquoi il y a de l'agressivité. La plupart du temps, l'agressivité arrive parce qu'il y a trop d'attente aux urgences. Il faudrait mettre des personnels en nombre pour expliquer aux patients qu'il vont bientôt passer, pour les faire patienter plus calmement, laisser les familles à l'extérieur et non à l'intérieur avec les malades. Quand on prend le temps d'expliquer aux gens, ils ne sont pas agressifs."

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !