single.php

Un maire condamné pour avoir rendu le masque obligatoire dans sa commune

Yves Vidal, maire de Grans dans les Bouches-du-Rhône était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 3 septembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

De nombreuses villes dans l’Hexagone obligent désormais au port du masque dans la rue. Pour autant, l’arrêté préfectoral de Strasbourg vient d’être retoqué. Yves Vidal, maire de Grans dans les Bouches-du-Rhône, a quant à lui été condamné pour avoir rendu le masque obligatoire dans sa commune. Il était poursuivi pour atteinte à la liberté par un de ses concitoyens.

 

Protéger n'est pas attenter à la liberté

"Nous étions en rouge, rappelle Yves Vidal. J’ai eu dans ma commune un foyer épidémique dans le monde agricole, et là je venais d’avoir un enfant contaminé dans un centre aéré, ce qui m’a obligé à le fermer." Pourquoi cet arrêté a-t-il été rejeté par la justice ? "C’est une bonne question ; la justice est indépendante, pas de problème. Mais pourquoi ne suit-elle pas le gouvernement, qui impose le masque partout ?"

"Par l’intermédiaire des préfets, les maires sont en première ligne. Et Dieu sais si nous sommes en première ligne depuis six mois, et qu’on nous passe la brosse à reluire…", s'agace le maire de Grans. "Nous faisons notre boulot. Cela fait 43 ans que je suis à la mairie. Est-ce que j’attente à la liberté quand je veux les protéger ?"

 

Un arrêté repris par le préfet dès le lendemain

Que va-t-il faire maintenant ? "Je vais faire appel. Ce monsieur qui conteste le masque, c’est son droit. Mais par contre, sa liberté s’arrête où commence la mienne. Quand je le rencontre dans la rue, qu’il ne me tousse pas dessus et ne me transmette pas le virus." Le port du masque était-il obligatoire partout ? "Non, seulement dans le centre-ville, là où il y a du monde, les bars…"

Que lui demande le tribunal administratif ? Doit-il revoir le zonage ? "La justice a suspendu mon arrêté pris le 17 septembre le 21 septembre, et m’a condamné pour abus de pouvoir et à verser 1.000 euros à ce monsieur ! Le 22 septembre, à 8 h du matin, le préfet prenait une rareté identique au mien sur ma commune…"

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/