Un collectif de médecins se mobilise pour pouvoir prescrire de l'hydroxychloroquine

Le Dr Violaine Guérin, endocrinologue, gynécologue et cofondatrice du collectif « Laissons les médecins prescrire » était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 7 Mai. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Un collectif a été créé à la fin du mois de mars, suite à la publication d’un certain nombre de décrets limitant la prescription de l'hydroxychloroquine. A-t-on l’idée du nombre de médecins qui le prescrivent, tout comme le Plaquenil, pour traiter le Covid-19 ?

 

Une entrave à la liberté de prescrire

"Il est extrêmement réduit en libéral, puisque l'hydroxychloroquine est toujours interdite d’utilisation par les médecins libéraux, explique Le Dr Violaine Guérin, endocrinologue, gynécologue et cofondatrice du collectif « Laissons les médecins prescrire ». Il y a également l’Azithromycine, pour traiter des pneumonies, en tension et en quasi rupture sur tout le pays, puisque l’état a contingenté ce médicament. Il est également très peu accessible pour les médecins libéraux."

"On a un gros problème aujourd’hui avec ça, estime le Dr Guérin. On a dit aux Français qu’il n’y a pas de traitements du Covid-19, alors qu’il existe au moins deux traitements précoces. Nous venons de publier une étude confirmant de nombreuses données non seulement françaises mais dans le monde. J’entends parler de surdité du gouvernement, il y en a aussi niveau du soin. C’est extrêmement grave et cela fait peur aux Français. Cela n’aurait jamais dû se passer."

 

Ne pas transformer les médecins en indicateurs

Une député LREM ayant critiqué le gouvernement de ne pas avoir utilisé l'hydroxychloroquine vient d’être exclue du groupe majoritaire à l'Assemblée Nationale. Médecin de formation, elle conseille pour sa part de prendre ce cocktail de médicament pour se soigner. Ce médicament existe donc toujours et est toujours disponible ? "On peut le trouver, confirme la cofondatrice du collectif « Laissons les médecins prescrire ». Nous avons été en première ligne pour prendre en charge les patients. Il faut savoir que plus de 1000 médecins voulaient s’autotraiter avec ce protocole. Notre collectif a été créé après la publication des décrets interdisant de l’utiliser. Nous avions demandé au moins que la Direction Générale de la Santé permette le plaquenil aux médecins. L’objectif de collecter des données sur l’efficacité de ce traitement était rendu impossible alors que le laboratoire Sanofi était prêt à mettre ce médicament à disposition." »

"On crée des psychoses, des cauchemars, ce qui est en train de se passer est insensé." Le collectif reçoit par ailleurs de nombreux témoignages de médecins menacés par le conseil de l’ordre. Qui plus est, "pour le déconfinement, on va nous demander non pas d’être des médecins mais des indics, en déclarant les malades du Covid-19 à l’Etat alors que nous pouvons parfaitement gérer les maladies infectieuses. On n’a pas besoin de dénoncer les gens."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !