Trottinettes : Anne Hidalgo dégaine ses mesures pour "en finir avec l'anarchie"

La maire de Paris hausse le ton face aux trottinettes électriques. Dès le 1er juillet : interdiction de stationnement sur les trottoirs, limitation de vitesse à 20 km/h voire à 8 km/h dans certains endroits. La maire de Paris vient d'annoncer ces mesures pour mettre fin aux nuisances causées dans la capitale par les engins, responsables de plusieurs accidents. Du côté des utilisateurs, l'accueil de ces mesures est plutôt mitigé.

 

Reportage Sud Radio de Mathilde Choin

Thumbnail

Debout sur sa trottinette verte, ses écouteurs dans les oreilles, Camille sait déjà qu'elle aura du mal à respecter cette nouvelle réglementation : "Ils abusent, là ! Chacun fait un peu sa loi en trottinette. On monte à deux alors que c'est pas forcément autorisé, on les laisse un peu n'importe où sur les trottoirs, on roule sur les trottoirs..."

"Ça me fait chier, en fait..."

Alors qu'il y aurait 20.000 trottinettes dans la capitale selon les estimations, ces dernières vont être interdites de circulation dans les parcs et les jardins. Autre mesure : la limitation à 20 km/h dans tout Paris, et même 8 km/h dans les aires piétonnes et les zones dites "de rencontre". Ces limitations passent mal auprès d'Amir : "On s'amuse bien à 28, 30, 35... Là c'est lent ! Là, ça me fait chier en fait."

Amendes de 49 euros pour stationnement sur les trottoirs

Mais chez certaines sociétés, l'heure est déjà à la prévention. Hanna est en intérim depuis trois semaines pour l'une d'entre elles. Casque sur la tête et gilet sur le dos, elle déplace les engins des trottoirs : "À chaque fois qu'une trottinette est mal garée, on les prend en photo et on les gare dans des parkings à vélo ou encore de scooters". Pour stationnement de trottinette sur les trottoirs, les contrevenants s'exposeront à une amende de 49 euros par engin, auxquels s'ajouteront les frais de fourrière qui seront pris en charge par les sociétés de location.

Trottinettes électriques sous tension

Des mesures bienvenues pour la jeune femme, elle-même victime d'une agression lors de son premier jour de travail : "Je me suis faite agressée physiquement et verbalement. La piste cyclable se finissait et malheureusement on était à gauche. Un monsieur m'a attrapé par le vêtement pour me dire qu'il fallait se mettre à droite ! J'ai l'impression que tout le monde est contre la trottinette, tout le monde ne parle que des accidents, des altercations. On nous parle que des sujets négatifs. Rien de positif, malheureusement". Pour apporter un peu plus d'apaisement, la mairie de Paris veut lancer un appel d'offres pour limiter le nombre d'opérateurs : au lieu de 12, ils pourraient n'être plus que deux ou trois l'année prochaine.

Très critiquée sur le sujet, la maire de Paris, Anne Hidalgo, assure qu'elle a fait tout ce qu'elle a pu, mettant en avant une loi qui a mis du temps à arriver :