Sur l'île Saint-Louis à Paris, le développement d'Airbnb divise les riverains

La ville de Paris va-t-elle gagner contre Airbnb ? La plainte déposée par la mairie doit être jugée à partir de ce mardi. Elle reproche à la plate-forme de location de logements de ne pas faire respecter les dispositions de la loi ELAN*. Elle souhaite ainsi lutter contre la pénurie de logements que peut entraîner ce type de location. On estime que seulement 40% des 65.000 annonces à Paris respectent la loi.

 

Reportage Sud Radio de Nicolas Bidard sur l'île Saint-Louis à Paris

Thumbnail

Dans les deux tiers des immeubles de l'ile Saint-Louis, au moins un logement est sur Airbnb. Claude et Michel n'avaient jamais vu ça depuis 46 ans qu'ils habitent ici: "On sait pas qui passe, qui vient. On est obligés de donner des pass à tout le monde, ce qui fait qu'on n'a plus de sécurité. On ne peut rien leur dire puisque, de toute façon, ils restent huit ou 15 jours. C'est beaucoup moins convivial... Pour moi, c'est une catastrophe !" Au contraire, Thomas, qui a aménagé il y a huit mois sur place, se réjouit de ce va-et-vient de ses voisins provisoires: "Sur l'île Saint-Louis, il y a beaucoup d'appartements provisoires. Et s'ils peuvent être remplis de temps en temps par des gens qui apprécient la beauté de Paris, tant mieux pour tout le monde !".

"Les commerces de proximité en ont souffert"

Mais pour Paola, commerçante, les locataires Airbnb ont fait fuir les bons clients: "Il y avait des familles qui faisaient vivre des commerces de proximité. Ils sont partis, et laissent la place à des personnes qui viennent pendant quelques jours, qui vont faire leurs courses ailleurs puis s'en vont. Donc effectivement, les commerces de proximité en ont beaucoup souffert". Tout le monde est d'accord sur ce point en tout cas: pour le meilleur ou pour le pire, Airbnb a transformé le quartier.

* Loi pour l'Evolution du Logement, de l'Aménagement et du Numérique, entrée en vigueur en début d'année