Stéphanie Lambert-Mesguich : "sur le plan des arnaques aux locations de vacances, on est sur une année à risque"

Les arnaques aux locations de vacances risquent de se multiplier à l'été 2020. Comment les éviter ou, du moins, tenter de les éviter ?

Stéphanie Lambert-Mesguich, présidente et fondatrice de la société SLM Vacations, interviewée par Jean-Marie Bordry.

Pour en parler, Stéphanie Lambert-Mesguich, présidente et fondatrice de la société SLM Vacations, était l'invitée de Jean-Marie Bordry le 29 juillet 2020 dans "Sud Radio Midi", à retrouver du lundi au vendredi à 12h10.

 

Googliser et poser des questions pièges

Selon Stéphanie Lambert-Mesguich, le plus souvent tombent victimes d’arnaques "des personnes qui ont réservé des maisons, le plus souvent des maisons prestigieuses, un peu haut de gamme, de belles villas. Elles sont affichées à des prix très attractifs, en deçà des prix de marché. L’arnaque est extrêmement bien ficelée puisque l’escroc ne fait qu’usurper une annonce réelle. Il reprend les photos, le texte. Il envoie un contrat au vacancier et lui demande un acompte assez conséquent. Là il y a une petite alerte à avoir car un acompte de plus de 30% n’est pas légal. Le vacancier va verser cet acompte et se rendre sur place le jour J, pour s’apercevoir que la location existe mais elle n’est pas pour lui, elle est déjà occupée".

Pour tenter de déjouer cette arnaque, Stéphanie Lambert-Mesguich conseille de "googliser le nom du propriétaire pour voir si cette personne est déjà identifiée sur des arnaques. On peut aussi lui poser des questions pièges pour essayer d’obtenir plus d’informations sur la maison, demander plus de photos et ensuite vérifier sur Google. Vous pouvez lui demander où se trouve la plage Saint-Michel, qui n’existe pas. Si la personne vous dit 'oui' ou si elle bafouille, ce n’est pas bon signe".

"L’affectif risque de l’emporter, et les vacanciers vont se faire avoir"

Selon Stéphanie Lambert-Mesguich, l’été 2020 devrait être encore plus propice aux arnaques que les étés précédents. "Je pense qu’on est sur une année à risque. On a essentiellement une clientèle française, qui va aller chercher des annonces sur LeBonCoin, alors que la clientèle étrangère ne va pas sur ce site-là.

Autre raison : on a une demande beaucoup plus importante cette année puisqu’on récupère des Français qui ne veulent pas partir à l’étranger et qui annulent leur séjour. On a donc une forte demande, ces personnes ne trouvent rien sur des sites de locations puisque tout est déjà réservé et se tournent vers LeBonCoin. Ils sont à la limite du désespoir pour trouver une location. Et lorsqu’ils trouvent une location jolie et en plus pas trop chère, ils ne vont pas trop se poser de questions, l’affectif va l’emporter, et ils risquent de se faire avoir."

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !