Spécial Notre-Dame de Paris : "Paris s'est construite autour d'elle"

Cathédrale Notre Dame de Paris
FRANCOIS GUILLOT / AFP

Au lendemain de l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris, retour avec Véronique Jacquier sur le financement du monument et sur son histoire avec Richard Fremder, historien.

Au lendemain des ravages que le feu et l’eau ont fait subir à Notre-Dame de Paris, les soutiens affluent déjà pour en financer la reconstruction.  "Dans la nuit, la famille Pinault a annoncé 100 millions d’euros pour financer la reconstruction, souligne Véronique Jacquier. Les dégâts sont considérables, on s’inquiète pour l’orgue et les vitraux. 30% des œuvres d’art ont pu être sauvées, selon une première estimation". Des reliques inestimables telles que la couronne d’épines du Christ et la tunique de Saint-Louis, ont pu être sauvées.

Des soucis de financement avant l'incendie

Mais si, au lendemain du drame, les dons affluent et les initiatives se multiplient, jusqu’à présent, "Notre-Dame de Paris avait beaucoup de mal à trouver ses financements, rappelle Véronique Jacquier. Il fallait 100 millions d’euros. La Fondation du patrimoine se tournait beaucoup vers les Américains, toujours généreux avec le patrimoine français, notamment via l’association Friends of Notre-Dame". Pour les travaux qui étaient engagés, 60 millions avaient été débloqués, dont 11 rien que pour la flèche. Mais l’apport de l’État était de seulement 2 millions par an pour cette rénovation. Le financement du patrimoine est tellement problématique pour les finances de l’État, qu’il avait même fallu lancer, avec Stéphane Bern, un Loto du patrimoine. "À Paris où on compte 96 églises, certaines ont dû mettre des panneaux publicitaires pour financer les travaux", rappelle Véronique Jacquier.

"Notre-Dame, c’est une magnifique histoire, explique Richard Fremder, historien. Depuis les 3e et 4e siècles, il existe une église à cet emplacement. Elle a une histoire très ancienne. Elle était peinte à l’extérieur, de toutes les couleurs. Il fallait qu’elle soit la plus belle, la plus grande, qu’elle monte vers le ciel le plus possible. 'Ça ne va pas prendre 107 ans' : l’expression vient de là, car il a fallu presque deux siècles pour la construire. On l’oublie, mais elle a failli être démolie. Elle était dans un état lamentable juste après l’Empire. Il a fallu 'Notre-Dame de Paris', l’un des romans les plus vendus de l’histoire, pour réveiller le goût des Français pour Notre-Dame. Pendant la Révolution, l’intérieur avait été épargné mais l’extérieur avait été détruit. Tous les personnages, les rois, avaient été décapités".

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Notre-Dame de Paris a été épargnée, alors que tous les monuments de Paris auraient dû être détruits. "C’est 'Paris brûle-t-il ?'. Notre-Dame, c’est aussi tous ces grands moments d’union nationale, comme récemment, après les attentats. C’est un symbole, la Tour Eiffel a à peine plus d'un siècle quand la cathédrale a huit siècles. C’est le cœur de Paris qui s’est construit tout autour. Les reliques ont été sauvées, la couronne d’épine du Christ, la tunique de Saint-Louis. Mais cette forêt de 21 hectares, de chênes et de châtaigniers, on ne la retrouvera jamais."

 


 

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio